Plaidoyer en faveur de « l’exception curative » face à la pénurie médicamenteuse …


J’ai eu à m’inquiéter de :
– ruptures de stocks chez le pharmacien de mon quartier pour des produits incontournables tels que les vaccins infantiles, quant il ne s’agissait pas de rappel de lots suspects,
– commandes de boites pour des contenances inadaptées au traitement de longue durée (depuis le décompte au comprimé près, alors qu’il faudra de toute façon renouveler l’ordonnance pour ce produit nécessaire à vie mais déremboursé à 100% depuis la présidence Sarkozy ),
– difficultés à se procurer des traitements pour des affections « extraordinaires », relevant plus du secteur hospitalier que de la pharmacie de ville (être L’UNIQUE malade du quartier nécessite une réactualisation du suivi des stocks pour le pharmacien) ,
– la qualité non substituable de formulations pour des excipients vendus sous leur forme commerciale ou sous des versions génériques concurrentes mais divergentes dans la composition et le dosage de l’enrobé (et le pharmacien ne gagne pas toujours la même somme sur une boite d’un même principe actif dans le même conditionnement par 3 labo’),
– la sortie du circuit pure et simple de médicaments devenus inaptes au service rendu, alors que pour l’avoir essayé j’en avais ressenti le bienfait (des jambes qui dégonflent qu’après la prise de comprimés, il est difficile de croire à son inefficacité pour des cas bénins et temporaires mais invalidants) …

Alors, après cette litanie d’occasions ratées avec la sécurité sanitaire, quand un article se satisfait de la mise en place d’un plateau technique pour alerter sur la difficulté d’approvisionnement des officines afin de réduire ou anticiper les temps de pénuries, franchement, c’est à s’inquiéter de devoir un jour tomber malade !
D’autant plus que la notion de « désert médical », jusque dans sa pratique hospitalière, n’est pas étrangère à ma ville, pourtant préfecture de son département (autre exemple, ici) !

C’est à regretter que la santé ne constitue pas une exception ( comme le secteur culturel), avec des centres de productions et des labos de recherches comme du temps de l’institut Pasteur (avant la dissociation, dans les années 70, entre ses branches « recherches » et « commercialisations » cette dernière étant récupérée par des entreprises privées maintenant le partenariat avec le secteur de recherche … Les Belges ayant intégrés à leur service public leur branche recherche).
Comme pour la blague du défenestré qui compte les étages : jusqu’ici, tout va bien …

Message personnel pour Zigmund : un article pour lui remonter le moral !-)

Fultrix.

 

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Débats et société, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s