Bloguer, c’est assumer


Les blogueurs qui critiquent les restaurants, la hiérarchie, avec des articles assassins, c’est MAL.
C’est malheureusement assez classique.

Savoir que « vos écrits n’engagent vous », outre la formulation élégante pour revendiquer une liberté de ton ou d’opinion envers votre organisation professionnelle ou institutionnelle, signifie qu’il vous faut subir le châtiment, jusqu’à la lie, s’il tombe sur le coup de la loi.

Après avoir eu le contentieux des hébergeurs, voici celui des sites d’informations (professionnels) accueillant des blogs.
Selon la cour d’appel de Montpellier un blogueur qui soumet ses textes avant publication au site rendrait ce dernier « responsable de publication ». Parce qu’il pourrait y mettre son veto ou apporter des modifications pour être « raccord » avec la législation sur les publications de presse. En l’espèce, ce n’était pas le cas, comme il en serait ressorti des audiences.

Ainsi, pour un même environnement, il faudra analyser chaque situation et comportement de chaque intervenant pour évaluer la responsabilité de chacun. Il ne s’agit plus de plaquer un texte de loi global à une « profession » mais décortiquer les rôles pour des situations à géométrie variable. Parce qu’internet permet des usages par des pratiquants protéiformes, la justice doit s’adapter.

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Cet article, publié dans Alertes juridiques, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Bloguer, c’est assumer

  1. caligula63 dit :

    Mais la justice a-t-elle la possibilité de s’adapter?
    Sinon, rien à redire, à part qu’il me semble qu’il manque quelque chose dans cette phrase: « vos écrits n’engagent vous »…

    Voilà voilà.
    A part ça, comment allez-vous dans votre patelin du nord de la Loire?

    • fultrix dit :

      Bonsoir Caïus !
      Pour la formulation  » vos écrits n’engagent vous », c’est typique de twitter pour des personnalités « périphériques » d’autres vedettes (ex. le dir’ cab’ d’un élu). Souvent, ils prétendent ainsi ne pas être la « voix de son maître » …
      Sinon, le patelin va bien, ses habitants aussi.
      La justice, elle s’adapte très bien puis qu’elle garde ses « grands principes » et observe au cas par cas …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s