Fin du droit « social », début du quoi ?


Plus que le « client » antique, le serf ou l’esclave, voici le « salarié » nouvelle mouture.
Dans le cadre de la « modernisation du droit du travail », du « réalisme économique » et autre « pragmatisme », il est dans le projet de la loi Macron (projet de loi pour « la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques », de son vrai nom …) l’ajout de l’annonce du premier ministre de procéder au plafonnement des indemnités dues au titre d’un licenciement abusif.
Pour faire simple, vous êtes un salarié licencié sans cause réelle et sérieuse (ce qui est condamné) vous subissez un préjudice MAIS vous ne toucherez pas l’intégralité de votre indemnisation … pour ne pas compromettre les chances de votre employeur à embaucher … si, si.

Voilà, voilà. Et pour ceux qui s’en souviennent, ce qui se prépare est pire que les Contrats « Première Embauche » (CPE) et « Nouvelle Embauche » (CNE) du gouvernement Villepin.
Curieusement, face à un gouvernement de droite, bien du monde s’était retrouvé à manifester … mais aujourd’hui, personne ne semble bouger !
Le sujet est encore en discussion en commission spéciale de l’Assemblée Nationale, entr’autre.

Pour gouter à l’hypocrisie de certains de nos dirigeants politiques, je vous suggère de lire le nom de ceux qui se sont empressés de saisir le Conseil Constitutionnel afin de contester le CPE …

Alors, je vous engage à lire l’article publié sur le site d’un avocat engagé, et à le partager largement pour que chacun puisse comprendre l’ampleur du problème.
Il s’agit ni plus ni moins de mettre à mal le droit à la réparation d’un préjudice sous le terrible prétexte qu’il « nuit à l’embauche et à la compétitivité des entreprises« . De la sorte, des employeurs fautifs se verraient gratifiés d’exemptions à la peine pour qu’ils ne renoncent pas à embaucher, prospérer et bazarder le « petit personnel » à discrétion …

« Taillable et corvéable à merci« , telle est la nouvelle définition du salariat.
Cela engendre une citoyenneté de seconde zone puis qu’il y a rupture d’égalité à la juste indemnisation d’un préjudice.

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Alertes juridiques, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Fin du droit « social », début du quoi ?

  1. MARIE dit :

    Vive la gauche « progressiste » ! À propos de Villepin, je connais une jeune femme qui a été embauchée grâce à ces contrats et qui est aujourd’hui chef d’entreprise ! Je ne crois pas qu’elle ait envie de s’en plaindre. Au bout de trois ans d’activité de son commerce, elle envisage d’ouvrir un second magasin !

    • fultrix dit :

      Ah ! Enfin des nouvelles !!!!!
      Très occupée, dis-moi.
      Tu m’as bien eue avec ton nouveau blog …

      Tu auras toujours quelqu’un pour signaler une exception. Les exceptions, sont formidables mais tellement rares … d’où leur nom !
      Cela relève du même régime que le cas du « self made man » parti de rien, arrivé au sommet … par un heureux concours de circonstances favorables et de rencontres improbables. Je connais quantités de personnes formidables qui végètent, faute d’opportunité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s