« Lettre à un otage »


Quand Antoine de Saint-Exupéry rencontre Léon Werth, commence une formidable amitié. A force de lire les spécialistes, je me demande si elle n’est pas aussi merveilleuse que celle entre Montaigne et La Boétie. Et curieusement, le thème de la servitude est commun à ces binômes.
Bref, j’ai lu « lettre à un otage », maigre opuscule, séquencé en  six chapitres, dans lequel l’auteur essaie de justifier son exil outre-atlantique, à la suite duquel il reprendra du service avant de disparaitre au large de Marseille, en 1944.

Dans le chapitre 1er, l’auteur regrette le trajet de l’exil mais aussi s’indigne de l’attitude du Portugal et  de tous ceux qui s’y cachent en attendant des jours meilleurs.
Au chapitre 2, il insiste sur le devoir de mémoire du migrant sur ses racines et le motif de son errance, comme pour se faire pardonner sa fuite.
Au chapitre 3, il rappelle tout ce et ceux qu’ils quittent, anonymes ou amis. Il explique également que c’est pour eux-tous qu’il agit ainsi. Il deviendrait presque un instrument.
Par le chapitre 4, Saint-Exupéry proclame son attachement à des valeurs au point de résister, pour lui et pour les autres. Seule, la fraternité universelle nous sauve de la doctrine totalitaire, dictatoriale.
Au chapitre 6, avec la citation célèbre « Si je diffère de toi, loin de te léser, je t’augmente », tout est dit sur le goût des Hommes contre la barbarie. L’exilé retrouve grâce à ses propres yeux en défendant les populations restées sous la tyrannie (quand bien même, certains la soutiennent !). C’est par ses actes de résistance que l’auteur de la faute (l’exil) est racheté. Et cet acte se doit d’être un moyen de reprendre la vie d’avant, le souvenir de la guerre en plus, tous ensemble, sans appel à l’épuration sous quelle que forme qu’elle soit.

Il ne me reste plus qu’à trouver le texte que ces lignes devaient préfacer : « trente-trois jours » actuellement édités chez Viviane Hamy, depuis 1992.

 

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Débats et société, Fiche de lecture, Les petits riens, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s