Sauvons le goût des maths !


Depuis beaucoup trop longtemps, je me plains du manque de réalisme des exercices de mathématiques.
Sous prétexte qu’il s’agit de développer la capacité d’abstraction des élèves, les énoncés manquent de corps, quand ils ne manquent pas de syntaxe, mais ceci est un autre sujet.

Et là, ô miracle, voici qu’un ami me transmet cet article : à la suite d’une visite que j’ai moi-même entreprise avec la tribu terrible, l’auteur s’ingénie à nous transformer en architectes gallo-romains … et s’adresse plus particulièrement aux collégiens de 5ème pour le calcul de l’aire d’un disque, de 4ème pour les théorèmes de Thalès et Pythagore, encore que les adolescents de 3ème pourraient le revoir au premier trimestre, histoire de rafraichir leurs acquis …

A vos cahiers, vous avez une heure !

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Sauvons le goût des maths !

  1. Lisande dit :

    Me penchant de temps en temps sur les exercices et les DM de ma soeur, je me suis aperçue que les travaux de mise en application des mathématiques était de plus en plus tournés vers l’univers informatique.

    Je veux dire par là que les élèves de la génération 2000-2020, supposés être des « digital natives » (il y aurait quand même des palliers d’intériorisation à définir et des degrés de maîtrise selon les milieux sociaux), se retrouvent avec des exercices où la notion d’algorithme est sous-jacente par exemple.

    Je suis incapable de redonner exactement le lien avec les mathématiques mais je crois qu’il s’agissait de donner une coloration moderne / high-tech / informatique à l’idée de concevoir une liste de choses à faire / un protocole à suivre / une liste d’opérations mathématiques nécessaire afin de passer d’une situation initiale à une situation finale.

    Et je m’appuie sur ma culture mathématique (grande expression qui ne doit faire illusion sur mes réelles connaissances) pour affirmer qu’il s’agissait de reprendre le concept d’algorithme pour expliquer le principe d’une fonction (la « boîte magique ») et vice versa.

    Reste que dans mon souvenir, ni le mot « fonction », ni le mot « algorithme » n’apparaissait dans l’exercice. Je suppose et j’espère que le premier apparaissait dans la leçon ou allait apparaître (après un DM « découverte ») et n’avait pas besoin d’être mentionné sur l’instant.

    Un exercice de routine ou de DM, au programme de 4ème, dans un collège classé REP (le nouveau nom des ZEP).

    • fultrix dit :

      Je partage votre point de vue.
      J’ai des doutes sur les intentions de ceux qui préparent les programmes.
      Cela me rappelle la période des « maths modernes » ou il fallait compter en base 2, 5 ou 7 …
      Vous auriez dû voir la tête des parents devant les énoncés !!!
      Tout cela pour avoir un bataillon de programmeurs en binaire … un truc qui ne se pratique plus guère.
      A mon sens, certains oublient qu’il n’y a pas que cela dans la vie et que les maths servent à tout un tas de choses.

  2. Lisande dit :

    Effectivement les programmeurs en binaire, on en fait plus je suppose. Je n’en avais même jamais entendu parler.

    Pour moi tout le monde bossait en lignes de commande sous linux, fait une compilation du script / algorithme et, paf!, ensuite on rajoute un logo Windows, Apple and co. Ça nuance un peu ma vision.

    Quelque part, se tourner vers l’univers informatique est peut-être la seule solution pour des professeurs de mathématiques pour capter l’intérêt des élèves. C’est à la mode, le mot « geek » dans l’univers informatique renvoie au « hacker » (le bricoleur détourneur de l’informatique) et au « cracker » (le Robin des Bois des temps modernes). Les grands frères et grandes soeurs ont fait passer le message. Ils vivent déjà avec un pc, une tablette et un smartphone dans leur chambre (ou presque).

    L’essentiel encore utile de nos jours pour des personnes qui n’exercent pas de profession manuelle (nécessitant de savoir utiliser le théorème de Pythagore, de Thalès et autres théories géométriques) ou qui n’ont pas l’esprit curieux du scientifique qui expérimente est déjà malheureusement passé dans les cours de primaire et les deux premières années de collège (savoir compter, les nombres relatifs, faire de patrons …) et vite oubliés au profit d’objets fait pour remplacer la réflexion (la calculatrice) ou d’objets finis (pourquoi se casser la tête à adapter un cahier quand il y en a de toutes sortes au magasin?)

    Ça n’empêchera pas, comme pour chaque génération, d’avoir son lot de personnes larguées en maths. Ce n’est juste plus les mêmes critères qui définissent les « cancres ».

    • fultrix dit :

      Oui, tous les esprits ne sont pas « matheux » par contre quand les mathématiques sont pratiques, qu’elles se « voient » (la géométrie en est le plus parfait exemple) il y a moins de difficultés et moins d’enfants laissés pour compte.
      C’est la même chose avec l’apprentissage de la lecture. Le délaissement du « B-A-BA » au profit de la lecture globale. Par ce changement le taux de difficulté à la lecture est passé de quelques pour cent à 30%. Heureusement, l’apprentissage syllabique est revenu, mais durant une décennie, si ce n’est plus, des cerveaux ont été mal traités.
      Pour ce qui est de la programmation, si je me réfère aux ados qui vivent dans mon entourage, ils ne lisent pas les livres de programmation (trop rebutants) mais vont voir les tutoriels sur les sites de vidéo en ligne … De la sorte, ils ont la solution « clef en main » mais sont incapables ni de comprendre, ni de reproduire ou adapter la solution trouvée, ni de la retenir. Selon moi, cela « bug grave » en amont.
      Pour l’usage de Linux, c’est réservé aux « adicts », avec club et réseaux … Je connais un énergumène de ce genre, il vient d’une autre planète, je vous assure !

  3. Lisande dit :

    J’ai aussi dans mon entourage des geeks de l’informatique. Je suis d’ailleurs sous linux par leurs bons conseils (qui sont véritablement judicieux) et je rigole pas tous les jours quand un truc est cassé et qu’il faut réparer?

    • fultrix dit :

      Ah, ça, c’est tout le problème !
      j’ai eu une machine un peu juste en terme de configuration « moderne ». Alors, j ‘ai pris Linux pour alléger la structure tout en restant dans la course.
      En restant dans les logiciels basiques, tout ne va pas trop mal (encore que, avec certaines mises à jour …) mais lorsque l’on cherche des choses un peu exotiques 😦
      Même quand on suit la procédure pas à pas,même quand on a la formation pour, il y a des jours où cela fonctionne et d’autre, non …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s