Citoyens : militants, justiciers, masqués.


Depuis la nuit des temps, nous avons notre lot de légendes de justiciers masqués et autres redresseurs de tors, sociétés secrètes, luttant contre les autorités trop autoritaires, les savants fous etc …

A la charnière des années 60 et 70, la presse se fait l’écho des actions d’associations de défense des droits de l’Homme, de la planète (Amnesty international, Médecin Sans Frontière , Greenpeace) … avec variation sur chaque thème, comme une segmentation du marché. La décolonisation, l’essor économique des 30 glorieuses, sans oublier le baby-boom et ses cohortes de diplômés y sont vraisemblablement pour quelque chose.

Puis, la progression de l’individualisme, la baisse de l’engagement militant et le poids des grandes sociétés commerciales et autres lobbies obligent, en quelque sorte, à pratiquer une certaine radicalité pour maintenir la pression sur les institutions et mobiliser les consciences. Les bio-activistes (Sea shepherd , Earth Liberation Front ) sont alors apparus à la fin des années 70 et 80, jusque dans les années 90.

Avec la crise économique mondialisée ou certaines pratiques contraires aux lois de la guerre, des citoyens s’indignent, seuls ou en groupe. Le développement des blogs puis des réseaux sociaux a été un facilitateur puissant au début des années 2000.
Nous connaissions les wikileaks, les Anonymous . Il s’agit pour ces militants d’utiliser les structures contre le système. Les institutions politiques sont leurs principales cibles au motif que la Démocratie s’est transformée en Ploutocratie (ne pas confondre « ploutos » et « ploucs« *, même si on peut parfois croire que l’abus d’argent rend idiot …).
Mais parce que l’argent des grandes multinationales gangrène dangereusement les rouages institutionnels, il est devenu la nouvelle cible, semble-t-il.
De fait, des militants s’attaquent soit violemment aux activités controversées (Faucheurs Volontaires ), soit légalement à la structure de la personne juridique, à travers ses finances (mouvements citoyens sur la transparence des fonds publics), surtout si l’entreprise est cotée en bourse. C’est ce qui vient de se produire avec l’entreprise espagnole Gowex . Cette société a vu ses titres fortement dévalués. Les responsables de cette chute vertigineuse semble être un fond de placement , sorte de Robin des Bois moderne … Sa forme d’exploitation est le Limited Liability Company, structure américaine hybride entre le GIE et la SARL.

Cette évolution mériterait une étude sociologique approfondie.

 

Fultrix.

* Mon dico de breton prétend, lui, que « plouz » signifie « chaume ». Il serait possible de croire que les toits en chaume forment un village, une paroisse pour les croyants … Grosse bagarre linguistique en perspective selon que l’on pratique le bas ou haut-breton, voire le breton remanié selon les pratiquants de TV-Breiz …
Je ne m’en mêlerai pas : je préfère prendre mes boutous et m’oxygéner sur le chemin des douaniers …

 

 

 

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Débats et société, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s