Quand le virtuel fait impression !


Imprimante et produits1

Grosse exposition dans mon patelin !
Foin du salon de l’habitat ou du salon de l’auto, de l’agriculture, du mariage ou autre ! Nous sommes résolument modernes, nous sommes même en avance sur notre temps, franchement futuriste … Parce que nous avons un salon de la Réalité Virtuelle (dites un « salon de RV » pour être in!).
Il y a des appellations qui prêtent franchement à rire !
Mdr, « occit more » en quelque sorte …

Les plus jeunes de la tribu voulaient s’y rendre dès l’aube, avec des copains.
Je ne les ai jamais vu se préparer aussi vite et aussi tôt pour un samedi matin, même les « marmottes » de la troupe s’y sont mises !
Tout le monde s’y est rendu en bus, parce qu’ainsi l’entrée du salon y était gratuite (sur présentation du titre de transport) … Et puis, prétendre trouver en plein centre-ville, jour de marché qui plus est, une place gratuite pour le véhicule, relevait de la pure fiction.
Quant à moi, j’ai dû attendre la fin de la matinée parce que l’intendance s’imposait : corvée de courses et préparation d’un plateau-repas pour recevoir les fauves, le midi, enfin, midi, disons une fois la visite faite (13h serait plus exact).

Imaginez un lieu décomposé en deux halls thématiques : le premier, directement accessible pour le « grand public » accueillant les stands des marchands de gadgets et de jeux (pardon «de supports  ludo-éducatif » cela fait plus sérieux) et le pavillon des « cerveaux », regroupant les écoles d’ingénieurs, les professionnels promouvant logiciels, matériels, filières et organismes de recherches.

Pour parler franchement, la RV relève, me concernant, d’une autre planète.
Autant je comprends le monde de l’animation ou de la modélisation par informatique autant j’ai du mal à accrocher avec les « mondes virtuels ». Ils ne me font pas rêver au point de vouloir m’y plonger avec ou sans avatar.
Par contre, j’apprécie le travail de recherche, de conception et le rendu final. J’ai trop connu d’ordinateurs sommés par leurs maîtres de restituer des images en 2 ou 3 D, moulinant des heures entières, à la recherche d’une texture ou d’une forme, pour rester insensible aux évolutions des techniques. C’est parfois particulièrement bluffant.

Comment ne pas s’émouvoir devant le résultat d’un calcul d’équations fractales ou de courbes de Bézier ?!

Avant de procéder au regroupement de la troupe, j’ai pu découvrir du matériel intéressant :
– un modèle amélioré du Nuc de chez intel (imaginez un ordinateur de la taille d’un disque dur sur lequel, de la même taille, se greffe un rétroprojecteur … sur trépieds ! ). Un clavier, une souris, un câble réseau peuvent s’y brancher …
– diverses imprimantes 3 D avec leur bobine de fil de diverses sortes de polymères et les objets produits …
– une application disponible sur tablette pour visiter la ville avec les édifices replacés dans leur jus d’époque …

Imprimante et produitsFranchement, connaissant un peu les exigences de la fabrication de pièces par des tourneurs-fraiseurs-ébavureurs sur tours classiques ou en commande numérique, je reste impressionnée par la production des pièces des nouvelles imprimantes.
Fini le temps de l’ébavurage après démoulage des pièces sorties de fonderie ou sorties des tours. Seul l’endroit où s’arrête le travail de l’imprimante reste un peu moche parce qu’il a fallu tirer sur le fil. Il est possible de réaliser des éléments rappelant la vannerie d’osier ou des blocs-cylindres de moteurs d’un seul tenant. J’ai également vu comment des assemblages permettaient la constitution d’articulations sur le mode de la « rotule ».
Malgré tout, il s’agit encore de modèles et non de pièces finies remplaçant des usinages plus traditionnels parce que les contraintes mécaniques (forces de travail et de frottement) aboutiraient à la rupture de pièces … Et puis, du plastique, c’est bien mais à quand la version pour métal ?
En fait, la difficulté provient du point de fusion (100 à 130° pour le polymère, 203 pour l’étain, 1084 pour le cuivre et 1500 pour le fer …) puis de l’accroche entre chaque couche. Selon les molécules, il existe des liaisons « fatales » !

J’ai également pu discuter en anglais et en français avec un professeur de management de l’université de Tama à Tokyo, jumelée avec une de nos écoles locales d’ingénieurs.

Une visite de salon comme je les aime !

 

Fultrix.

Mise à jour en date du 07/05/2014 : Voici un article de PC impact (pardon Next INpact ) qui montre l‘ordi mini sur trépied vu au salon … « trop mignon » selon le fan club domestique, « génial pour les vacances » selon les ados « forcés » de partir en congés avec leurs parents …

 

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Les petits riens, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Quand le virtuel fait impression !

  1. Et ce n’est pas tout….il existe (déjà) des imprimantes 3D pour construire des maisons!
    Elle sont bien sur à l’échelle de la maison et injecte du béton… tous à vos plans

  2. Djefbernier dit :

    sur la maison 3D : la maison de François chez H16. Pour tempérer les enthousiasmes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s