Un émail qui m’aille !


modèle-brocheJe pratique depuis peu l’art du feu qu’est l’émaillage.
Si la patience n’est pas votre fort, renoncez à cette activité !
Si vous n’avez pas le goût pour l’activité manuelle, occupez-vous également autrement.

Pour vous convaincre du bien-fondé de mes propos liminaires, je vais vous narrer par le menu les diverses étapes nécessaires afin d’obtenir une pièce aboutie … et pas forcément un chef d’œuvre !

oOo

Préparation du support :

– Sur une plaque de cuivre (vendu en rouleau de diverses épaisseurs), délimitez à la pointe sèche les contours de votre projet artistique (c’est toujours beau au départ !).A l’aide d’une pince coupante, découpez le métal avec un léger débord. Ce dernier disparaîtra lors de l’ébavurage et du limage. Ce travail permet de ne pas se blesser avec le cuivre.
– vient ensuite le martelage de la pièce empêchant la déformation de la pièce lors de la cuisson. Il est également possible de galber la plaque de cuivre en pratiquant le repoussé ou en bosselant le cuivre pour donner un certain volume au travail, dans un seul soucis esthétique. La plaque est prète lorsque ses bords reposent parfaitement sur le plan de travail.
– Il est temps de nettoyer le cuivre avec une paille de fer puis avec une flamme de chalumeau à main (de type crème brulée) ou avec un bain d’eau vinaigrée. Il ne faut plus toucher le métal directement. De l’essuie-tout fera l’affaire.
– Sur une feuille, à l’aide d’une pince, déposez la pièce, encollez au pinceau avant de répartir au tamis du fondant, en commençant par les bords. Puis vaporisez de la colle pour fixer la poudre. La colle est « toute prête » ou réalisée à la demande avec de l’adragante (pour en acheter, ici par exemple). En retournant la pièce avec une pince (sans abimer la surface poudrée !) recommencez l’encollage et le tamisage au fondant, sans encoller la poudre posée.
– La pièce doit être déposée sur une plaque allant au four, suspendue sur des punaises pour empêcher la formation d’une calamine qui scellerait la plaque à la pièce ou encrasserait la surface à travailler.
– Avant d’enfourner la pièce, la placez près du four pour qu’elle sèche le plus possible, évitant ainsi toute sublimation aux effets désastreux à 800°c …
– Quand tout est cuit, la pièce sort incandescente (autre approche) .
– Quand tout est froid, soit vous dessinez directement à la plume, soit vous avez un dessin que vous décalquerez puis que vous reporterez avec un papier carbone … et repassez à la plume … Ouf !
– L’émaillage est proche. Un pinceau enduit de colle prépare la surface à travailler si la pose de l’émail humide doit se faire sur plusieurs séances.

Emaillage :

Je ne pratique, pour l’instant, que l’émaillage humide. Il s’agit de poudre de couleurs (et d’éclat de verre) humidifiées avec de l’eau déminéralisée, dans des petits pots. La texture est celle du sable.
Avec une spatule, il s’agit de prélever une quantité d’émail qu’un pinceau déposera délicatement sur la plaque de cuivre, selon les zones délimitées.
La juxtaposition des couleurs se fait au fur et à mesure de la progression du motif sur la plaque. Mais les plus audacieux osent commencer au centre du motif pour progresser jusqu’aux bords tandis que des aventuriers posent les couleurs du plus sombre au plus clair, risquant des inégalités d’épaisseur entre les divers coloris, pouvant dénaturer les teintes. Couvrir les bords est délicat. Il ne faut pas déborder, baver et risquer le collage avec la plaque après cuisson …

L’émail a cela de commun avec la pâtisserie dans la subtilité du glaçage, rien à voir avec le maniement de la truelle de maçonnerie …

Quand tout est recouvert, il reste possible de faire glisser un pinceau humide pour lisser, uniformiser la surface.
Si le travail de pose nécessite plusieurs jours, l’émail sèche. Avant de reprendre la pose, il faut ré-humidifier l’ensemble de l’ouvrage déjà réaliser. Un pinceau humide entrant au contact des pigments suffit, par capillarité.

Maintenant que tout est achevé, le temps de la cuisson est proche. Avant, un temps de séchage près du four est nécessaire, surtout en cas de lissage uniformisateur.
L’énervant dans les « arts du feu », c’est que le résultat ne dépend pas que de votre dextérité ou de votre talent. Il dépend aussi du four, du comportement des pigments juxtaposés les uns aux autres … Tout repose sur la cuisson à 800°c, selon un temps variant en fonction de la taille de la pièce et de la météo (eh, oui, incroyable!).
Le résultat peut être formidable ou quelconque.

C’est la surprise à chaque sortie de four, comme une révélation de « camera oscura » rougeoyante.
Alors que la température descend, les couleurs et la surface émaillée se révèlent.
Il est parfois nécessaire de retoucher une couleur à cause d’une bulle, d’une craquelure (une « détente » de refroidissement trop rapide) ou une irrégularité. Il est également parfois nécessaire de fignoler, rehausser une courbe ou un relief, d’un trait de plume et d’encre. En cas de « raccord », il est nécessaire de recuire pour tout fixer.

Quel que soit le résultat et votre satisfaction, la pièce est alors définitivement achevée … et cet article aussi !

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Les petits riens, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Un émail qui m’aille !

  1. Lisande dit :

    Magnifique papillon ! Un four à 800°C? Je suppose que tu ne l’as pas chez toi… Il ne te reste plus qu’à devenir météorologue et maîtresse du feu ^^

    • fultrix dit :

      Merci 😀
      Pour le choix des couleurs, la palette a beau être riche, j’ai toujours l’impression de manquer de nuances … 😛
      Effectivement, je n’ai pas de four mais je participe à des cours d’émaillage. Et même que, prise d’audace, je me suis inscrite pour le printemps prochain à une initiation à la technique du paillon d’argent (et peut-être d’or). Le paillon est une fine feuille de métal précieux qui rehausse l’éclat des émaux transparents.
      Je vous raconterai peut-être cette expérience …

  2. caligula63 dit :

    Diable! Vénus se verserait dans l’art de son conjoint?
    Ou bien est-ce Charis?
    Je dois avouer qu’ayant lu le titre rapidement, je ne comprenais pas ce que venait faire le papillon dans votre e-mail (émail, oui bon, la soirée a été longue et la nuit courte).
    Intéressante cette technique. En Auvergne on est un peu moins minutieux, on fait de l’émaillage sur de la lave. Je comprends que dans votre village du Nord de la Loire, les coulées de lave ne doivent pas être nombreuses.
    Pour ma part, je préférais travailler le bois. J’ai arrété, faute de temps et n’ai pas le goût pour reprendre.

    Bonne fin de semaine à vous…

    • fultrix dit :

      Je préfère Charis à Vénus, question d’esthétisme et de moralité …
      De l’émaillage sur lave ?! Je serais curieuse de voir cela surtout pour la technique d’accrochage du fondant sur la pierre basaltique.
      Auriez-vous quelque chose à me proposer ?

  3. caligula63 dit :

    N’est-ce pas que c’est chouette?
    Comme tout ce qui vient d’Auvergne…
    Il fut un temps oú un de mes amis d’enfance s’installa en Bretagne. Pour lui rappeler sa terre natale, je lui offris le blason de l’Auvergne en lave émaillée, version XXL. Il le scella dans le mur de sa maison, au-dessus de la porte d’entrée. Las! Un habitant ténébreux de cette région prit la mouche et profita de l’absence de mon ami pour casser l’oeuvre d’art…Ah! Le chauvinisme…

    J’adore le passé simple, sûrement le temps de conjugaison le plus poétique/imagé. Las! Ici aussi, le temps a fait son oeuvre, et ce temps est tombé en oubli…
    Dommage.

    • fultrix dit :

      Un chauvinisme chasse l’autre, visiblement !
      Au dessus de sa cheminée, c’eut été préférable, sans doute.
      Malgré son intitulé, le passé n’est jamais simple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s