De la surveillance, de la 4ème armée, cybernétique et de la guerre …


Après les trois armées connues ( Terre – Mer – Air) voici la version virtuelle.
Depuis 2009, des structures sont mises en place pour faire face (mais aussi sans doute pour en provoquer, ne soyons pas naïf !) aux cyber-attaques.

L’affaire de Prism, les écoutes européennes par le système INDECT installé en Pologne, le vote de la loi de programmation militaire (en 2009, sans trop de vague et aujourd’hui, dans le tumulte et les rumeurs) en France démontrent que se met en place une nouvelle armée, celle dite cybernétique.
Cependant, l’exigence de surveillance ne doit pas faire oublier les droits fondamentaux des citoyens. La loi de programmation (Preuve que la Planification reste nécessaire !) a pourtant un article 20 qui prête le flanc à la critique tant sur la procédure (tout se passe dans des ministères – sécurité intérieure, de la défense, de l’économie et du budget, rien que cela ! – avec des personnes qui ne relèvent pas de la magistrature ou du Parquet …) que sur sa rédaction élastique pour les informations « réquisitionnables » impactant les libertés individuelles en Démocratie … pour 30 jours, renouvelables.
Ces exigences de surveillance, de protection (question de point de vue !) avec celles de Démocratie produisent parfois des « grands écarts » législatifs quand il s’agit de géolocalisation de personnes ou de biens …

Il semble que si les populations détestent la guerre, la conscription ( qui tue « ses enfants » en cas de guerre), les Etats se méfient du professionnalisme des conscrits pour de la répression interne (risque de fraternisation) et plus encore de l’opinion publique lors d’opérations extérieures (souvenons-nous des morts en Afghanistan ou du Mali).
La guerre redevient une affaire de mercenaires (Avec les sociétés anglo-saxonnes surtout, en Irak et ailleurs …) aux services d’intérêts privés bien compris (matières premières et autres).

S’il est admis de plus en plus ouvertement qu’aucun Etat ne dispose des moyens pour gagner une guerre à l’extérieur, les points chauds se multiplient sur la planète.
Le renseignement devient vital.
Mais à trop compter sur le virtuel, on oublierait presque l’Humain et la nécessité de connaitre les gens, leur culture et tout ce qui fait leur différence.
Si l’Humain ne compte plus, c’est qu’il n’est plus la valeur de référence.
Avant, les souverains se battaient pour gagner des terres, des richesses, imposer leur idéologie sur les populations.
Je ne suis pas sûre que l’idéologie soit encore un moteur de conflit, plutôt un emballage pour camoufler l’ambition personnelle. Cependant, ce même habillage nourrit les intégrismes nationalistes ou religieux, prive de tout discernement ceux qui y adhèrent.

Et nulle véritable personnalité dénonce cet état de fait.
Et plus encore, nulle véritable personnalité propose d’alternative crédible, malgré l’agitation de certains.
Nous voyons les risques et les dérives sans réagir ni prendre les contre-mesures nécessaires.

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Débats et société, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De la surveillance, de la 4ème armée, cybernétique et de la guerre …

  1. caligula63 dit :

    Bonsoir!

    Bien sûr que l’idéologie est encore un moteur de conflits. Mais commerciaux, ceux-là.
    L’inculture régnant en maitre en ce bas monde, il ne reste que le commerce. Le partenariat transatlantique, le partenariat trans-pacifique, rien que cela devrait nous faire dresser les cheveux sur la tête – en ce qui me concerne, ils ne seront pas beaucoup au garde-à-vous.

    Le but de ces accords commerciaux n’est pas de faire découvrir les produits de la ferme des régions françaises, mais bel et bien de normaliser les produits façon USA. Adieu Bleu d’Auvergne, Crottin de Chavignolles, rillettes du Mans. Bonjour le maïs OGM, le fromage pasteurisé et la viande aux hormones.
    Miam! Enfin nous allons pouvoir déguster des hamburgers dégoulinant de sauces méconnaissables, de viandes insipides et suspectes et de fromage tout plat et carré; le tout pesant 3 000 kcal sur la balance diététique. Ah zut! J’oubliais que la diététique est un mot tabou.
    Pour ce qui est de la culture US, on a déjà tout ce qu’il nous faut; il suffit de regarder les programmations des chaines de télé françaises. Pas une seule journée ne se passe sans avoir une série américaine.
    Vivement les reportages sur nos ancêtres créationnistes qui chassaient le T-Rex sur le sol de la Pangée…

    Avouez que tout ceci mérite bien une guerre, non?

    • fultrix dit :

      Nous n’avons pas besoin des USA pour mal manger !
      Il suffit de se rappeler le scandale de la viande de bœuf qui se révèle être du cheval ou autre chose …
      Ce n’est pas rien de préparer du « minerai » de viande …
      Le consommateur devient de plus en plus averti et s’inquiète du contenu de son assiette, le temps de la Une des journaux puis il reprend ses habitudes alimentaires …
      L’industrie agro-alimentaire y est pour beaucoup, certains choix de vie de consommateur aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s