De la réforme scolaire en pratique.


A la recherche d’informations sur les rythmes scolaires réformés, je trouve cet article :
« Alors que le débat sur les rythmes scolaires prend une allure déplaisante, construite dans la surenchère politique par les uns et par les autres, Ambert au centre se doit de poser calmement les choses.
Avec quelques semaines de recul, vous qui pratiquez ces rythmes en tant que professionnels, que parents ou autre, quelle opinion avez-vous sur ce démarrage ?
Il ne s’agit pas de polémiquer ici, mais simplement d’alimenter la réflexion sur des faits concrets, mais aussi d’éclairer les communes qui doivent sauter le pas cette année.

Merci d’avance à tous de vos contributions. »

oOo

Voici les réflexions qui me sont venues, en vrac, à la suite de cet article à la recherche d’un retour d’expérience.

Le 04/10/2013, j’ai effectivement expliqué en un long commentaire :
« J’ai eu l’occasion d’assister à des réunions et des conseils d’école à ce sujet.
Dans mon patelin, la mairie pratique dès cette année la réforme.
Durant la première semaine de la rentrée, les parents ont eu à inscrire leurs enfants aux diverses activités renouvelées (une sorte de tourne des équipes sur les groupes scolaires) après chaque période de vacances scolaires.
Tout le monde n’est pas servi selon ses vœux : certaines activités sont trop demandées pour les capacités d’accueil.
Si dans le Public, tout semble fonctionner, dans le Privé, les enfants doivent se contenter d’un animateur pour plus de 50 enfants … et faire de la garderie. Je n’ai pas de détail, si ce n’est qu’ils font des scoubidous … cela ne fait pas rêver.
Les personnels encadrant se plaignent de ne pas être tous diplômés « petite enfance » ou formés à encadrer des enfants pour leur proposer des activités (je pense aux bibliothécaires scolaires) et regrettent que le nombre d’enfants pour un adulte soit supérieur à ceux exigés dans le cadre des sorties scolaires.
Il apparait aussi que les enfants sont difficilement « gérables » l’après midi parce que le système aurait supprimé la récré de 15h. Alors, dès la sortie des cours, il ne faut pas hésiter à leur laisser 15 minutes pour qu’ils se défoulent, courent et crient avant de pouvoir les « reprendre » et faire des choses éducatives ou culturelles.
Enfin, s’il est facile de faire des activités dans une grande cour, lorsque l’hiver sera venu, il sera impossible dans certains lieux fermés d’accueillir 100 têtes …
Quant aux activités proposées, toutes ne sont pas intéressantes et ne relèvent pas de celles que pouvaient choisir, à leur convenance, les parents pour leurs enfants. Faute d’y trouver leur compte, les parents regrettent de devoir quitter le travail ou s’organiser pour que leur rejeton face une activité de type « musique au conservatoire de musique » … ou doivent y renoncer à cause de l’accumulation de temps « scolaire+périscolaire » qui ne laisse plus l’occasion de faire autre chose en plus, sous peine de se retrouver avec des enfants en surcharge, frisant le « burn out » …

A mon avis cette réforme est avant tout une façon d’aligner le temps scolaire sur ce qui se pratique dans le reste de l’Europe et de transférer des charges financières ne relevant pas de l’instruction publique, aux collectivités locales.
La réforme Sarkozy était une ineptie, la logique aurait été de revenir au statu quo ante, et d’alléger certains programmes (se contenter de peu mais de qualité plutôt que de vouloir tout faire superficiellement). Visiblement, le moins disant éducatif est encore à l’œuvre.

Désolée pour ces longueurs, avec le côté « c’était mieux avant » mais je suis énervée devant le manque de maîtrise de l’orthographe et de la syntaxe des jeunes de ma famille, à l’indigence des programmes, au manque d’ambition,et à l’oubli de la notion d’effort (apprendre, écrire, retenir … au risque de passer pour une sale réac’, j’assume).

En complément de ce premier commentaire, j’ajoute le même jour :
« Cela me fait penser que le blog « FO-Municipaux » d’un patelin expose le point de vue du personnel : 1er et 2d article.
Il y a matière à réflexion. »

J’ajoutai, encore, après un tour sur la toile :
« Je vous fais un point de situation car je viens de croiser un parent d’élève membre de l’amicale laïque et du conseil d’école de la primaire d’à côté de chez moi.
De fait, les enseignants ne peuvent plus pratiquer de sorties pédagogiques pour les raisons cumulatives suivantes :
– les horaires de temps scolaires compromettent les visites longues (à la journée) puisque les enfants inscrits aux activités sont tenus d’y assister …
– pour financer la réforme, la mairie a supprimé les financements pédagogiques,
– faute de financement municipal, l’amicale est appelée en soutien. Mais elle manque de fonds, faute de temps à la sorties des classes pour mettre en place des « ventes flash » de gâteaux et autres trucs de ce genre dont elle était coutumière … parce que les enfants sont, sitôt les cours achevés, sollicités pour les activités périscolaires et les parents, absents.

Autre réflexion purement personnelle : à vouloir faire une activité différente après chacune des vacances scolaires, les enfants ne progresseront jamais. Dans un club, ils passent les années et les niveaux. Ici, ils resteront d’éternels consommateurs superficiel, des zappeurs, ce qui n’encourage pas le goût pour l’effort et la ténacité. »

J’oubliais encore une chose concernant mon patelin : désormais les bus de transport affectés aux scolaires pour des sorties spécifiques (piscine, cinéma, musée …) sont supprimés.
Aucune explication. Les élèves doivent prendre avec les enseignants les bus de ligne régulière. Tant pis si après il faut marcher avec la « troupe », tant pis s’il faut mêler enfants (parfois très jeunes : maternelles ou CP) et usagers réguliers, avec les soucis de place ou de comportement des uns (enfants) et des autres (voyageurs) et tant pis si cela pose l’exigence d’un encadrement renforcé, avec des parents bénévoles quand ils ne travaillent pas !

Curieuse comme une fille, je suis allée faire un tour à la septième édition du marché de Noël de mon quartier, le 07/12/2013. Je voulais savoir si l’APE (Association des Parents d’Elèves) participait à l’évènement et papoter un peu.
Le bilan n’est pas brillant : ventes « molles » et sans le soutien de l’équipe enseignante.

Le même jour, je croisais d’autres parents alors que je faisais mes courses.
Voici, mêlées les réflexions qui en sont ressorties.
Concernant le point de vue de parents d’élève, j’ai eu 2 points de vue hostiles à la réforme sur 3 personnes interrogées. (Je n’ai pas encore eu de contact avec des enseignants concernés mais j’ai cru comprendre par certaines réflexions d’autres mères que la déception était grande).
Donc, une maman sur trois est satisfaite des nouvelles dispositions.
Selon elle, sa fille revient de l’école à 18h (les parents travaillent tous les deux) moins énervée. Elle a eu sa journée d’apprentissage, de détente avec des activités toujours renouvelées (allant du sport à l’activité manuelle de type macramé) et est prête à faire ses devoirs avant le dîner. La demi-journée supplémentaire n’est pas une cause de fatigue supplémentaire parce que la petite se levait déjà pour passer son mercredi au centre aéré.

Pour les parents déçus, doux euphémisme, les raisons sont multiples.
L’une des mères m’expliquait que sa fille était plus fatiguée, à cause de cette journée supplémentaire. Du temps de la semaine avec le samedi travaillé, pour un mercredi de repos, cette fatigue n’existait pas. La gamine dormait le mercredi matin, selon ses besoins. Elle n’a fréquenté les activités post-scolaires qu’à partir du mois de novembre, à sa demande. Auparavant, elle rentrait de l’école dès 15h30, sa mère ne travaillant pas. En participant à certains ateliers, la petite revient déçue, trop souvent :
– Parce qu’il était prévu une activité sportive qu’il avait fallu annuler car la salle était déjà occupée par un autre groupe de la même école …
– Parce que l’intervenant était absent (malade, ou autre …)

Bref, elle envisage de ne plus y revenir.

La seconde maman, déplore le manque de contact avec les autres parents. Avant, tout le monde se retrouvait devant le portail, attendant 16h30 en papotant. Les parents de l’amicale laïque pouvaient régler des projets d’animation et organiser des ventes de gouters ou autres animations à ce moment-là. Désormais, tout le monde récupère son enfant dans un grand coup de vent, sans horaire commun, sans rencontre entr’adultes (et parfois profiter de ce chassé-croisé pour dégonfler des conflits entre gamins).

Pour ce qui est de l’impact de la réforme sur l’équilibre de ses enfants : mystère, rien n’a été dit.
Cette même mère a observé que l’association des parents d’élèves se retrouvait seule à gérer les animations ( alors que l’année précédente, les enseignants s’engageaient à soutenir la nouvelle équipe reprenant l’association …) qui se réduisaient, pour cette année scolaire réformée, à la participation au marché de noël du quartier et à la fête de fin d’année, la traditionnelle « kermesse ».

Décidément, j’ai la désagréable et persistante impression que l’école va mal parce qu’on lui demande tout et son contraire, sans vergogne.

Je n’ose même pas évoquer le cas des écoles regroupées entres communes rurales.
J’ai l’impression que les parents ne comprennent pas que les nouveaux horaires font que les activités proposées relèvent de la « garderie éducative » et non pas de l’Education Nationale, d’où leur grogne. La qualité des « prestations » offerte est encore une source d’inégalité entre villes richement dotées (en personnel, en sites accessibles aux visites, en salles d’accueil …) et les autres.
J’ai l’impression d’une réforme désastreuse malgré l’annonce pavée de bonnes intentions, encore une.

Fultrix.

Pour aller plus loin :
La circulaire du ministre pour l’allocation du fond de soutien.
Le projet copié-collé du gouvernement précédent ?
Le décret instaurant la réforme.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Débats et société, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour De la réforme scolaire en pratique.

  1. Comme toujours du travail de fonds, enrichissant pour le lecteur. Sur la commune, nous avons à peu près calé la structure pour le démarrage l’année prochaine. Pas trop ambitieux (quoique 12 000 € probablement pour 130 élèves…) en essayant de ne pas saturer la journée des élèves….

    • fultrix dit :

      Merci beaucoup.
      Concernant les activités péri-scolaires, j’ai entendu dire que des parents étaient sollicités pour les animer.
      Là, franchement, de qui se moque-t-on ?
      L’an prochain, nous seront 50ème à Pisa !

  2. caligula63 dit :

    A chaque fois que je consultais votre blog, je pensais à une chose…que j’oubliais de mentionner. Et, aujourd’hui, je m’en suis souvenu. Début Octobre, j’ai consulté un blog de ma région – Ambert au centre – où je vais régulièrement, et sur un article que vois-je? Le post d’une certaine Fultrix! Comme le Gravatar ne correspondait pas au votre*, j’ai pensé à une copieuse, tout en me disant que je vous poserai la question. Et j’ai ma réponse! Virtuellement, nous sommes proches!

    Pour en revenir à votre article, vu que je n’ai pas bien suivi cet énième changement de rythme scolaire – n’ayant pas d’enfant en primaire, j’avoue ne plus trop me soucier de cette catégorie scolaire – si je comprends bien, les enfants sont obligés de participer à des activités péri-scolaires. Ne pourrions-nous pas, plutôt, faire du soutient scolaire?

    Lorsque ma fille était en primaire, elle avait droit à la garderie tous les soirs. Au sein de cette garderie, une aide était apportée aux devoirs, et aux leçons non comprises. Cette aide était dispensée par des assistantes/assistants péri-scolaire, en accord avec les enseignantes. Avec le recul, je peux dire que les élèves qui ont participé à cette garderie s’en tire mieux que les autres. Je le sais car ma fille les fréquente toujours – enfin ceux d’entre eux qui sont dans son collège.

    Bon, soyons objectif, ma fille n’avait pas besoin de soutient…Ben non, c’est la digne fifille à son papa.

    * Je sais, vous vous dites, il suffisait de cliquer, voire même de positionner la flêche de pointage sur le nom pour voir apparaître, en bas à gauche dans l’espace idoine, le nom du site de la-dite Fultrix. Certes, certes, mais je n’en suis qu’au premier paragraphe de la deuxième page de « L’informatique pour les nuls », et je suis complètement largué…

    Bonne nuit à vous.

    • fultrix dit :

      L’informatique pour les nuls ? Ah, ah, ah !
      Non, je ne me moque pas, cela ne serais pas charitable.
      Depuis votre inscription sur ce blog, je vous sais que vous vous situez entre « Bip » et « Bip-Bip », grâce à votre IP qui s’affiche lorsque vous déposez un commentaire …Je connais même le nom de votre opérateur …
      Ce qui est intéressant c’est de savoir décomposer les codes, « IP », »Barres » et autres numéros de téléphone. Cela me rappelle un très ancien épisode de « mission impossible » dans lequel, les agents recomposaient un numéro de téléphone rien qu’en écoutant le nombre de clics de chacun des chiffres composés sur le cadrant rond …
      « Big brother is watching you » !

      Ah, Ah, Ah !)

      Pour la fréquentation (malsaine, forcément !) de certains sites, c’est amusant. Sans doute, est-ce lié à nos préoccupations communes ?!
      Quant à la « garderie » et « l’étude », cela existe toujours, sans oublier le « soutien scolaire ».
      Pour ce qui est de l’efficacité du soutien, je confirme. Mais il n’est véritablement efficace que pour les petites difficultés. Les « retards », souvent liés à une accumulation d’incompréhensions ou des problèmes (dys-lexie/graphie/calculie ou autres) devraient passer par la case « redoublement », malgré tout le mal qu’on en dit. De ces fameux « maintiens », je n’en connais que de profitables, parce que pris dès l’apparition du problème, en accord bien compris entre l’équipe enseignante et les parents. Par contre, si c’est pour faire du replâtrage, c’est « perdu » d’avance car bancal. Le redoublement est mal vu pour son coût par l’Etat, mal vécu par certains parents car mettant en lumière les difficultés scolaires de l’enfant, et parfois mal accepté par des enseignants sachant qu’ils devront avoir un œil attentif sur un élève en particulier alors que le système veut faire du « tri sélectif », à la louche, sans précaution pour l’ascenseur social.
      Le soutien, c’est excellent mais exige de l’implication des enseignants pas forcément récompensés de leurs efforts, sans oublier la féminisation de la profession mettant en avant d’autres préoccupations (il faut aller chercher ses propres enfants à la garderie …). Enfin, et surtout, cela souligne certains errements dans les programmes et les lacunes qu’ils entrainent.
      Je regrette également l’abandon, surtout en maternelle, du RASED. Car en fait, tout se détecte dès les premières années de scolarisation. Il n’y a pas de hasard, jamais … 16 ans d’expérience me permettent de l’affirmer.

      Je passe pour être intarissable sur le sujet, doublée d’un caractère de « dragon réac' » en matière d’enseignement. Vous pouvez imaginer les prises de tête avec les plus jeunes de la tribu (et leurs parents) quand je les reprends sur des fautes, des lacunes, des erreurs dans leurs cahiers ou leurs devoirs.
      Malgré tout ce temps, certains me disent encore que j’ai « avalé » le dictionnaire et que cela les « barbe » au lieu de se réjouir d’apprendre quelque chose. C’est vous dire la relation qu’ils ont à l’intérêt d’acquérir de la connaissance !

      • caligula63 dit :

        Big Brother peut bien m’espionner, je n’ai rien à cacher. Oui, oui. Je suis un Arverne. Bon, je conçois que le pseudo n’est pas forcément dans le ton…Caligula, ça passe, mais Jules César, jamais!

        J’ai une telle confiance en l’éducation, que j’ai mis un point d’honneur à apprendre à ma fille l’alphabet et les chiffres, avant son entrée en CP. Mais sous forme de jeux. Et cela a marché.

        Je ne vous cache pas que depuis son entrée au collège, je la laisse se débrouiller, sauf en cas de blocages, mais ils sont rares. Pour l’Allemand, c’est sûr, je ne l’aide pas. La langue d’Angela m’est inconnue, même si elle est proche de l’anglais, pour certaines choses. À l’opposé, je lui donne volontiers un coup de main en latin…

        Mais il y aurait tant à dire sur l’éducation, qu’un blog n’y suffirait pas.

        Vous, un « dragon réac »? Ahhh, la jalousie. Oser vous comparer à un Zemmmmmmour!

      • fultrix dit :

        Vôtre Z, connaît pas, sauf ce qu’en disent les gros titres des agrégateurs d’info’ … je ne lis pas les articles.
        Mon Allemand se limite aux « Choral und Motette » de J.S. Bach, textes de Luther pour certains, si j’en crois mon chef de chœur de l’époque (quand je chantais, hein, pas que ce chef de chœurs connaissait Bach !).
        J’adore le Latin, même si ce n’est pas toujours réciproque. Pour mes 30 ans, je me suis fais offrir un beau Gaffiot. J’attends toujours mon Bailly pour la version grecque,. Apparemment, il faut commander parce qu’il a disparu des bonnes librairies !

      • caligula63 dit :

        Rassurez-vous, Z ne fait pas partie de mes références. D’ailleurs, j’ai horreur des girouettes, excepté si elles sont en fer forgé.

        Un livre pour vos trente ans? C’est une idée à creuser. Madame Caligula fêtera ces cinquante étés l’an prochain. Ceci dit, si je lui offre un livre, je m’expose à des représailles dignes de Néron.

        Si il n’y avait que le Bailly qui avait disparu des bonnes librairies. Je me souviens avoir été obligé de commander Moby Dick! Idem pour Barjavel. Et je ne parle pas de Pierre Pelot…
        Serions-nous condamné à lire Maxime Chattam et ses scenarii? Ou les complots de Dan Brown? Tous ces romans insipides…

        Vive la littérature sud-américaine! Et scandinave aussi. Quoique la russe n’a rien à leur envier…Que de choix, mais point d’échoppes pour les acquérir.

      • fultrix dit :

        Il est vrai que le contenu des étagères des librairies s’est beaucoup déprécié.
        J’ai vu disparaitre des rayonnages la collection « Folio-Essai », le « Livre de poche-Biblio » et sa version « Biblio-Essai » … auriez-vous des tuyaux ?
        En plus, mon patelin est concerné par la fermeture des points de vente « Chapitre », après avoir connu l’arrivée d’un Cultura, gigantesque hangar dans lequel j’ai tout de même trouvé un génial ouvrage de Sun Tse (dos toilé, papier vergé etc, etc … Merci BAO !). Par contre, le fait est que chez « gigantor », il n’est pas sûr que je pourrait déniché un ouvrage recommandé (« le livre de Kells » de Bernard Meehan) par un artiste venu promouvoir une exposition organisée dans la boutique …
        Pour la littérature, j’ai eu ma période œuvres classiques françaises, puis japonaises (Mishima, Kawabata … à ne pas recommander à un dépressif) puis Ismaël Kadaré et finalement des essais et des trucs « barbants » …
        Chattam, connais pas, tandis que Brown, j’ai lu le « Da Vinci » après que ma moitié l’ait avalé.

      • caligula63 dit :

        Ahhh! Les librairies de mon enfance. A Clermont-Ferrand, il en existait qqs unes d’intéressantes. La première, Les Volcans, est toujours en activité, mais elle a été obligé de se mettre à la page, du coup, exit les romans et essais du bout du monde, que l’on ne trouvait que là. Venait ensuite la Fnac, mais déjà plus élitiste, et enfin Joseph Gibert, là aussi une enseigne nationale, mais qui avait la particularité de vendre des livres d’occasions, ce qui était vital pour un ado n’ayant que très peu d’argent.

        Maintenant, j’y vais qu’une ou deux fois par an, le centre de Clermont est devenu un espace pour Bobos. La ville où j’habite a vu l’ouverture d’une deuxième librairie il y a cinq ans, et cela m’a redonné confiance en cette profession. Le magasin est petit, mais vous pouvez commander de tout, la tenancière le trouvera. J’étais même dans son TOP 10 des meilleurs clients, jusqu’au jour où, malheur à moi, j’ai commandé l’intégrale de F’MURRR. Autant cette charmante dame comprend que vous lisiez du San Antonio, autant elle a une opinion très négative des lecteurs de BD. Je suis donc descendu de mon piédestal, triste…J’ai néanmoins réussi à regravir qqs marches à la suite de la commande d’un livre d’André Brahic – j’adore cet auteur scientifique ayant un certain humour – et devant ma surprise de ne pas le voir en boutique, la libraire m’a avoué qu’elle l’aurait bien commandé, mais la place étant limitée, elle se devait d’exposer uniquement les livres vendables (ou bankable, comme y* disent), elle m’avait même annoncé le nombre de publications d’ouvrages en une année en France…c’était énorme, du genre 300 000! Mais je crois que c’est plus…

        Pour vos collections, je n’ai pas d’infos, mais je me renseignerai, sans fautes. Je sais que j’avais commencé à suivre la collection Phoebus Libretto, mais les nouvelles publications ne me plaisent pas.

        En ce moment, je suis en train de lire un ouvrage sur « le Moyen-Age japonais ». Déchiffrer, serait plus exact. J’ai toujours eu du mal avec les noms, mais alors là! J’ai atteints le sommet! Dur. Mais pas inintéressant. Et comme je n’ai jamais pu lire un seul livre à la fois, je lis, en alternance, « Le voyageur imprudent » de Barjavel, et « La nuit des enfants rois » de Lantéric. Après ça, je vais re-re-re-re-re-relire « la trilogie du non-A » d’A.E. Van Vogt. Avec peut-être, « l’expédition du Kon-Tiki » de Thor Heyerdahl, ou bien « Melmoth » de Charles Robert Maturin; histoire de garder les pieds sur Terre!

      • fultrix dit :

        J’ai découvert la SF en explorant les étagères de mon « futur » : Van Vogth et ses A, « A la poursuite des Slans », Jack Vance avec la trilogie de Tschaï ( en 4 tomes !!!), « Dune » …
        Barjavel, je ne l’aime pas, il me fiche la trouille.
        Pour me rincer la tête, je plonge dans les aventures du juge Ti (ancienne et nouvelle version), celles de frère Cadfaell (Ellis Peters) et les trop peu nombreuses de Marcus Aper (Anne de Leseleuc).
        Pour les BD, il y en a de très chouettes. je manque de place alors c’est Monsieur qui stocke ses « Tintin », « Black et Mortimer » et d’autres trucs de Léo (cycle d’Aldébaran). Je me suis laissée aller avec « Balade du bout du monde » mais pas en intégralité parce que c’est parti un peu en vrille.
        Il est vrai que pour un libraire, choisir parmi toutes les parutions, pour en trouver de qualité et susceptibles de trouver un lecteur près à dépenser …

  3. caligula63 dit :

    Ah! Le manque de place. L’ennemi numéro 1 du lecteur assidu. C’est ce même manque de place qui fait que je n’achète pas autant de livres que je le voudrais. Mais c’est de famille. Mon père a modifié une partie de sa maison pour en faire une bibliothèque…Bonne idée, cela dit, ce n’est pas assez grand! Il a été obligé de mettre ces ouvrages sur deux rangées!

    Je pense à détourner un placard pour en faire une bibliothèque escamotable, mais entre mes livres, ceux de Madame et ceux de ma fille, je me demande si je ne devrai pas aménager le placard afin d’y vivre, et de modifier le reste de l’appartement pour y entreposer les livres…

    En allant sur le site d’une autre blogueuse, j’ai été rattrapé par le virus Nasr Eddin Hodja. C’est malin, dans la demi-heure qui a suivie, j’avais un ouvrage sur mon sage Musulman préféré entre les mains. Quelle sagesse! Quelle clairvoyance! Quel idiot!

    Sur ce, je vous souhaite une bonne fin de week-end…

  4. caligula63 dit :

    Euh…je viens d’entrer dans la quatrième dimension.
    Je consulte mes mails, et je constate que Dame Fultrix vient de mettre un nouvel article en ligne. Je jette le mails à la corbeille, et file dare-dare sur Calami, ite, voir de quoi il retourne…
    Y’a pas de nouvel article!!!
    Je retourne sauver le mail de la noyade, l’ouvre et lit l’article, court; et je décide de cliquer sur commentaire afin de féliciter l’auteure…et mon ordi m’annonce, avec aplomb: page non trouvée.
    Ha ha. Rira bien qui rira le dernier, je me précipite sur le reader de wordpress et…là non plus, il n’y a rien!
    Cette fois c’est décidé, j’arrête l’hydromel…

    • fultrix dit :

      Ben, comment l’expliquer ?
      C’est un peu comme si vous aviez ouvert les cadeaux de Noël avant l’heure …
      c’est un peu comme si j’avais fait une mauvaise manip’ avec la programmation de la publication en ligne …

      Je n’en dirais pas plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s