Coup de boutoir en Grèce à l’encontre de la Démocratie ?


Beaucoup d’esprits chagrin ont prétendu que ce qui arrivait à la Grèce était un avant goût de ce que l’Europe et le monde de la finance envisageaient comme « nouvel ordre mondial ».
Il paraissait donc intéressant de pratiquer une sorte de « veille politico-financière » sur cette partie de l’Europe.
Il se pourrait que cela se révélât finalement pertinent.

Si j’en crois divers sites et blogs, francophones, italophone et hellénophones, le parlement grec aurait voté un nouvel article au code pénal créant l’incrimination pour délit d’opinion à l’encontre de l’Europe. Une broutille !
Je cite une autre source grecque :
« Από την Πέµπτη 24 Οκτωβρίου ο Ποινικός Κώδικας τη Ελλάδας περιλαµβάνει και το άρθρο 458Α µε τίτλο «Παραβάσεις κανονισµών της ΕΕ» βάσει του οποίου τιµωρείται µε φυλάκιση µέχρι δύο ετών όποιος παραβιάζει κυρώσεις εναντίον κρατών, οργανώσεων ή προσώπων που έχει επιβάλει η… ΕΕ »
Soit, en français (aidée par Google) :
« Depuis le jeudi 24 Octobre a été inclus dans le Code criminel grec l’article 458A intitulé «Les violations des règlements de l’UE » en vertu duquel est passible d’une peine d’emprisonnement maximale de deux ans celui qui viole les sanctions contre les pays, organisations ou personnes imposées par l’UE ... »
Rien que cela.
Reste à savoir si c’est vrai.

Et là, commence les soucis de vérifications des sources.
Cela revient à effectuer un travail  … de journaliste d’investigation parce que les seules sources dont je dispose relèvent plus de sites « alternatifs » (pour ne pas dire « underground », « subversifs » ou politiquement engagés … voire « activistes ») que de sources identifiables, fiables, journalistiquement et professionnellement encartées.
En effet, cela pourrait relever de la diatribe politique, virant au règlement de comptes entre formations parlementaires puisque sont citées « syriza« , les « grecs indépendants »(ΑΝ.ΕΛ.  Ανεξάρτητοι Έλληνες ) et le KKE , le Pasok et les membres de la « Nouvelle Démocratie »(Nea Dimokratía).
Mais à ce concert de protestations s’ajoute celles de groupes plus extrêmes, amateurs de levés de soleil …

A défaut d’information plus précise, à la lecture de ce qui ne se dit pas sur les sites des principaux partis concernés (Siriza, Pasok … en grec dans le texte), il semble qu’un vote en ce sens ait bien eu lieu au parlement.
Finalement, j’ai retrouvé l’auteur et son article dans le quotidien « le Peuple » (Ethnos).
Mais impossible de savoir si le vote a abouti, même en visitant ce site qui répertorie et traduit les articles du Code Pénal Grec.

J’espère qu’il n’y a rien de définitif, sinon je n’imagine pas le site de Siriza ne pas en faire état à la date du 24 octobre, ou les jours suivants. Selon la presse électronique, cette formation s’y serait fortement opposée durant les débats. Cette même presse qui affirme parfois comme acquis, le vote de cet amendement.
A la recherche du fin mot de l’histoire, j’ai carrément posé la question à un blogueur grec francophone, historien et ethnologue de son état. En réalité, à l’en croire, à ce jour (02/11/13) le texte n’a pas encore été ratifié par le président de la République. Les détails des dernières péripéties sont sur ce lien , à lire ab-so-lu-ment.
Vous découvrirez que le pire est arrivé : les parlementaires n’ont apparemment pas pris  conscience de l’ampleur du déni de Démocratie de leur propre gouvernement et ne sont pas à la hauteur de leur mandat !
Et les populations locales ne protestent pas, ou plus, trop fatiguées par toute cette rigueur !

Toujours est-il que l’intégration européenne, l’unification monétaire et les choix économiques libéraux représentent une fracture majeure de discrimination basée sur l’inégalité et privative de liberté. Et cela, les grecs n’en veulent pas. Ils ne sont pas les seuls.

Visiblement, quelque chose se passe, devenant plus pressant mais aussi plus oppressant.
Déjà, lors d’un sommet aux USA, puis en Italie et en Angleterre, alors que des manifestants entendaient faire entendre leurs voix, pacifiquement, les forces anti-émeutes sont intervenues. Des rues entières, voire des stations balnéaires ou de sports d’hivers, furent interdites de circulation pour que les « sommets » se tiennent dans la plus grande tranquillité. Les Irlandais ont poussé l’audace jusqu’à maquiller des devantures de boutiques vides pour simuler une activité économique …
Ensuite, nous avons connu en France même, des tentatives pour faire passer en force des solutions délétères, toujours par des amendements parlementaires derrière lesquels on devinait la main du gouvernement.
En Belgique, le problème est plus aigu puisqu’il s’agit de séparatisme entre Flamands et Wallons.
N’oublions pas non plus le triste sort de la Hongrie.
Si l’article 458A intègre vraiment le code pénal grec, le pays et ses citoyens rejoignent le mauvais exemple hongrois.

A défaut d’en entendre parler dans nos propres journaux ou de voir l’affaire défrayer la chronique judiciaire de la CEDH, assurons-nous que cela ne nous arrive pas aussi ici.
Une chose m’étonne toujours : quel intérêt ont les gens à préférer des partis qui prônent l’inégalité entre les individus au lieu de favoriser la démocratie ? Ne se rendent-ils pas compte, ces électeurs-là, qu’ils ne profiteront jamais de privilèges parce que trop « ordinaires » ?
Je crains d’avoir déjà la réponse quand je les vois vibrer au son des derniers ragots des « puissants » de ce monde et les tentations qu’ils ont pour les extrêmes droites …

Fultrix.

Mise à jour en date du 11/11/13 :
J’ai enfin trouvé le texte des débats parlementaires concernant ce fichu article 458A du code pénal, sur le site du parlement hellène : ΙΔ΄ (24/10/2013) (le document existe en Ttx à télécharger, avec la page 104 et suivante qui nous intéresse) … en grec dans le texte.
Et pour élargir le propos : ce qui se fait dans la « nouvelle Europe« .

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Finances, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s