Rendez-moi leur propagande !


La radio annonce ce jour (France info, 7h du matin, le 18/09/13) que le gouvernement envisage de ne pas distribuer la propagande des différentes formations politiques à l’occasion des élections européennes au printemps prochain.
Cette propagande, malgré la connotation péjorative historique, regroupe les professions de foi, programmes et divers tracs des partis.

Pour quel motif ? « Cela coute, trop cher ».
Faute de réaction, surprise ou indignée, de la part du journaliste, il semblerait qu’il s’agisse d’une bonne chose.
Est-ce bien vrai pour autant ?

« Tout le monde se contrefiche des Européennes ! » …
… Sauf les candidats qui courent après le mandat (surtout financier !)
… Sauf les partis qui rejettent l’Europe « supranationale » et se présentent à seule fin de la casser
… Sauf les électeurs, qui eux, peut-être, pourraient avoir un autre avis sur la question ?…

Et puis, « cela participe à la réduction du déficit budgétaire » …
Ah, tiens ?!
Et comment pratiquent nos voisins, tels que les Grecs, Espagnols ou Roumains qui, budgétairement, ne tiennent pas une forme ébouriffante ?
Mystère, faute de curiosité journalistique.

Et quelle est la contrepartie de cette dépense ? Parce que ce n’est quand même pas de l’argent dépensé pour rien, j’espère !
« Presque », semble le sous-entendre l’annonce gouvernementale :
– L’accès à l’information de tous les électeurs
– De l’ensemble des propositions des candidats et de leur parti …

Un détail insignifiant, visiblement, garantissant une bonne gestion de la représentation nationale par la voie démocratique, du peuple, par ses divers représentants, pour le bien commun de la Nation … Et alors qu’au même moment, bien des formations politiques réclament le retour général au scrutin proportionnel, dans l’espoir de décrocher un strapontin dans l’hémicycle d’une assemblée quelconque, pourvu que le mandat soit rétribué.

« De toute façon, cela part à la poubelle ! » … de la même manière qu’un candidat n’est pas automatiquement réélu !

Heureusement, (mais faut-il vraiment s’en réjouir ?), il nous reste les média.
Assurément, il est bon d’entendre les monologues des candidats avec des journalistes tellement neutres dans leurs questions et tellement absents dans les remarques critiques que le discours relève de la langue de bois, de la logorrhée ou à la diatribe.

Assurément, il est agréable d’entendre dans son salon, à l’occasion d’une émission de variétés décérébrante, un candidat se satisfaire de l’effet d’une petite phrase assassine, à défaut de pensée exprimée en plus de 140 caractères.
Assurément, il est plaisant de profiter du gazouillis de nombres d’oiseaux bleus signalant le déplacement de leur champion ou relayant le scandale qui entache la crédibilité de l’adversaire.

Bref, en ne souhaitant plus distribuer la propagande des élections Européennes, il apparaît clairement que :
– Le gouvernement teste la capacité d’indignation des électeurs et des candidats (sachant que les « petits » sont déjà inaudibles), face à ce déni de pluralisme politique que ce doit pourtant de défendre une réelle Démocratie.
– Le gouvernement tente d’autant mieux le coup qu’il s’agit des Européennes, pour une collectivité territoriale qui voit l’esprit des Pères Fondateurs se dissoudre dans des traités constitutionnels rédigés par des marchands itinérants, selon le principe de l’optimisation fiscale, protégeant leurs prébendes.
La Poste n’est plus au service du public puisque distribuer ce courrier, sans valeur ni marchande ni sentimentale, dont le seul affranchissement resterait à la charge de l’Etat (imprimés que les Partis fournissent à chaque préfecture, à leurs frais – bulletin de liste, propagande et programme mais frais remboursables selon le code électoral), charge insupportable pour le budget national, alimenté par nos impôts en hausse …
– Les territoires, principalement ruraux, ne profiteront pas mieux du « boitage » de tracts distribués par des militants convaincus, usant, à leurs frais personnels, dos, chaussures, temps, voiture puisque le militant devient une denrée d’autant plus rare qu’il faut aller au contact de l’électeur, échanger et débattre de façon pas forcément courtoise … A moins que l’Etat envisage que les partis envoient eux-même et à leurs seuls frais, les fameuses enveloppes. Il faudra alors que chaque formation négocie l’envoie en gros avec ladite Poste, service public, rappelons-le … Des arbitrages décidés par les sièges parisiens se feront au détriment des territoires à faible densité de population pour limiter les coûts, surtout si les candidats ne remplissent pas leur engagement de caution lors de redressement de comptes de campagne par la CNCCFP …
– Déjà que certains territoires se sentent délaissés par les candidats, les élus, les relais locaux des partis, sauf lors des parrainages pour les élections présidentielles. Ce regain d’intérêt irite au plus haut point jusqu’à provoquer une forme de rejet, voire de parrainnage protestataire de formations extrémistes, soutenu par des électeurs locaux, dans des patelins qui ne connaissent pas la misère ou la migration, pas toujours régulière.

Cette décision, si elle était retenue serait nocive pour le pluralisme politique démocratique, torpillé par la bêtise comptable oublieuse de la valeur de la dépense, favorisant un bipartisme de façade (quand l’alternance politique ne se retrouve pas dans les décisions gouvernementales), totalitaire à terme.

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s