Le « contrôle » justifié par la « sécurité »


Décidément, le livre de Georges Orwells, « 1984 » semble faire des émules ou créer des vocations, c’est selon vos craintes.

Ainsi, grâce à l’informatique, bien des Etats sur cette planète tentent de mieux cadrer leurs populations avec la création de fichiers et leurs croisements afin d’opérer des recoupements. C’est un peu comme si les forces de l’ordre travaillaient sans mettre le nez dehors, au contact avec la population locale dont ils doivent assurer la sécurité pour leurs biens et leurs personnes …
Pas de terrain, pas de contact physique, pas trop de personnels … la tyrannie devient  possible quand la population est mise de coté et surveillée par ceux qui en ont la charge.

Le thème de la sécurité est toujours pris pour justifier des entorses à la liberté de circuler ou d’émettre des opinions.

Après Edvige, Hadopi, Acta, Echelon, voici Indect, projet européen initié en 2009.
Rares sont ceux qui en parlent et moins encore sont ceux qui le connaissent vraiment.
Le supplément Week-End du Monde, en date du 02/04/2011 évoquait le projet de l’OTAN d’installer à Tallin, en Estonie, un « Centre de Cyber-Défense en Coopération Centre d’Excellence »(CCDCOE). Le projet était présenté, dans le magazine, comme une mesure de protection du net, initié à la suite de cyber-attaques de l’ensemble du réseau en 2007, dans un pays très en pointe parce qu’utilisant beaucoup l’internet pour les services publics.

Ma découverte de l’Indect débute avec un blog qui relaie l’article d’un autre blog présent sur Rue89.
Du coup, je vérifie ce qu’en dit Wikipedia, pas grand chose, faute d’élément.
Un site d’enquêtes sur « le renseignement » évoque le sujet dès octobre 2009, dans sa lettre.
Le sujet fait débat avec des organisations pas forcément gouvernementales, inquiètes pour les droits de l’Homme. Il pourrait s’agir d’un projet européen, sorte de produit dérivé ou version « civile » de ce qui se fait à l’OTAN, sous la houlette des Etats Baltes, qui serait devenu un peu la « chasse gardée » des anglais et des polonais, si j’en crois le bilinguisme du site officiel.

Voici, en 2009, comment est présenté le projet, par les éminents spécialistes.
Autre présentation en 2010, ici.

Voici ce qu’en dit l’Europe, elle-même, versions sous titrées, et ce qu’en disent d’autres.

Mais qu’en pensent les parlementaires européens ?

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Alertes juridiques, Débats et société, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le « contrôle » justifié par la « sécurité »

  1. Ping : Les écoutes judiciaires dans les oreilles et les mains du privé … | Calami, ite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s