Se défaire de ses cadeaux de Noël ?!


Blogs et internautes s’inquiètent ou se vantent de cette pratique (citée en titre) désormais encensée par une « certaine presse », au motif que « c’est tendance » !

J’avoue que la démarche elle-même me laisse perplexe. A lire les commentaires, il apparaît que si certains revendent sans état d’âme, d’autres donnent, mais tous se « débarrassent ».
Décidément, cela me déstabilise.

Alors, « comment est-il possible de se défaire d’un cadeau ? ».

Tout le monde justifie sa réponse par rapport à l’objet, mais en fait il semble que tout repose sur celui qui a donné.
Et là, cela change tout !

Parce que, du plus profond de ma mémoire, me reviennent les inénarrables Noëls, anniversaires ou autres célébrations avec LE cadeau accepté avec enthousiasme ou politesse, rapidement remisé aux oubliettes, périodiquement ressorti, en fonction des visites du donateur.
Qui n’a pas le souvenir de la phrase tant redoutée :
« Untel vient tel jour, tu porteras son tricot, pour lui faire plaisir/ sinon il/elle va se vexer … »

Les plus futés, ou les plus hypocrites, selon, avaient parfois le chic pour transmettre certaines choses, au bout d’un certain temps, histoire d’aider à installer ou dépanner d’autres membres de la famille, avec la phrase tout aussi redoutable :
«  Cela me vient de Truc. Cela lui aurait fait plaisir de savoir que c’est Toi qui en hérite … ».
Hypocrite ou futé, certes, encore que, même pas sûr, parce qu’avec le temps, l’objet se charge de l’histoire familiale, de sentiment et de sens. C’est encore une occasion de reparler de la personne qui l’a introduit dans la maison, souvent avec une bonne intention et amour …

Avec la nouvelle pratique, c’est un autre rapport au temps et aux gens qui apparaît.

Est-ce à dire que maintenant, le cadeau n’est plus accompagné de sentiments, qu’il doit se suffire à lui-même ? Qu’il serait donc devenu un pur objet commercial, sans âme, sans saveur, sauf à ce que celui qui le reçoive l’investisse ?
Celui qui donne, offre, disparaîtrait donc ?!

L’excuse de l’étroitesse des logements n’est pas tout.

J’ai déjà reçu des cadeaux « décalés ».
Mais cette année, ma maison a accueilli un objet qui n’aurait jamais dû y entrer ! Il est d’une totale incongruité eu égard à mon mode de vie, mes convictions.
A tel point que je me suis interrogée : comment est-il possible d’offrir un truc pareil ?! Comment envisager de le garder et où le mettre ?!

A force de réflexion, notamment vis à vis de son « auteur », j’ai compris qu’il avait fait « comme pour lui », à défaut de savoir, comprendre, voire vouloir savoir et comprendre ce que je suis !
Il a surtout cru faire plaisir !

Avec ce qui pourrait être une certaine condescendance ou du mépris de ma part à son endroit, je dirais « qu’avoir cru », c’est déjà bien tenté et que, somme toute, j’aurai bien l’occasion d’utiliser ce « truc » qui pourrait réjouir les plus jeunes ou les moins exigeants en matière de passe-temps …
Pour cela, je remercierai encore, et en toute sincérité, mon « bienfaiteur » et je conserverai la chose si encombrante, désormais moins malvenue.

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Les petits riens, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s