La laitière s’en est allée …


Voici un article que j’avais mis en ligne le 11 Septembre 2010.
Aujourd’hui, le petit chalet a disparu de son emplacement.
Renseignement pris auprès d’une hôtesse de caisse de la grande surface, le démontage date d’octobre dernier.
J’espère que l’exploitation laitière existe toujours malgré tout, en dépit des difficultés (abattage du cheptel pour cause de sècheresse occasionnant un manque de fourrage), des pressions et des menaces (si j’en crois mon journal local) des industriels qui pèsent sur le monde agricole.

oOo

« Si tu ne va pas à la laitière, la laitière ira à toi ! »

Depuis plusieurs mois déjà, se tient sur le parking d’une grande surface, une guérite de style chalet suisse. La cabane propose une vente directe, en libre service (24/24h et 7/7j) de lait cru et frais… « Du pis au réfrigérateur » sans intermédiaire …

La curiosité m’a fait tourner autour de la boutique, plusieurs fois. Je suis tentée par l’expérience.

Finalement, je me suis décidée et je suis passée à l’acte !

Ravie de mon entremet au lait entier en provenance directe de la ferme, quinze jours auparavant, je tente de renouveler mon expérience culinaire.

Le chalet est composé en 3 compartiments.

Le premier propose des bouteilles en plastique ou en verre d’un ou 2 litres. (20 cts le flacon plastique d’un litre). Pour acheter le bidon, le distributeur fonctionne comme une borne de boissons-friandises.

Le deuxième, prévoit aussi une borne de monnaie et le choix du volume à acheter ( de 20 cl à 2 litres) et les boutons « marche » et « arrêt » pour la distribution du lait.

Enfin, le troisième, contient le « tank à lait » réfrigéré à 4°c maximum et un guichet qui permet de positionner la bouteille (la vôtre ou celle achetée dans la première borne) pour la livraison.

C’est parce que j’appuie sur le bouton « marche » que la distribution débute, pour le montant acquitté. Je referme le guichet et je repars avec mon litre de lait, pour 1,20€ lait et flacon.

De retour en cuisine, ébullition de rigueur avec mon anti-monte-lait breveté SGDG puis entremet.

Me voici conquise par cette invention écoulant sans intermédiaire, la production laitière.

Mais je m’interroge sur le prix de revient de l’opération, les frais d’exploitation, bref, la rentabilité.

Parce que sur l’euro versé pour un litre, combien faut-il retirer :

  • pour louer l’emplacement sur le parking du magasin
  • pour louer ou amortir le chalet et la machine à réfrigérer
  • pour le transport quotidien du lait
  • pour nettoyer le tank à lait mis dans le distributeur

Je me demande cependant comment est garanti le lait (débitmètre homologué, qualité bactériologique, contrôle biologique, …) au consommateur.

A défaut de réponse, je trouve l’idée intéressante et sans doute bonne à développer.

Un seul regret, il faut bien être grincheux après tant d’éloge, celui de l’absence de rendu de monnaie …

J’ai cherché à connaître l’exploitant mais son site et peu disert sur le sujet, je vais devoir les contacter par téléphone. Par contre vous saurez tout sur le concepteur du distributeur réfrigéré.

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Les petits riens, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s