Crème aux œufs et panique en cuisine !


Crème aux oeufs maison !

Crème aux oeufs maison !

J’ai déjà eu l’occasion d’avouer mon ignorance en matière culinaire.
Toute honte bue, j’ajoute que ce handicap ne m’a jamais empêcher de tenter des expériences, au grand désespoir de mes proches.

Avant de poursuivre, je dédicace cet article à mon aubergiste préféré « En souvenir d’un sauvetage d’une tarte aux mirabelles !»

Une de mes tantes m’a laissé une recette de crème aux œufs à vous faire oublier l’existence des balances médicales et à faire se damner un parfait intégriste de la macrobiotique…
J’ai été prise d’une audace peu commune : pour clore en apothéose un repas de famille, je me suis lancée ! Non contente de préparer cette crème, j’ai tenté le caramel, véritable piège culinaire, tout comme la cuisson au bain-marie …

Bref, une recette doublement piégée, à ne pas donner à un débutant, sauf à vouloir le dégoûter des métiers de bouches … selon moi !

Me voici avec mon litre de lait frais entier (à faire bouillir avec l’anti-monte-lait …), ma gousse de vanille, les cent cinquante grammes de sucre, les six œufs, le plat à cake et l’autre pour le bain-marie.
Je fais bouillir le lait, j’ajoute la gousse, le sucre. Je bats en omelette les œufs puis je verse sur eux le lait tiède et je mélange le tout.

Je goûte.
C’est très important de goûter mais sans s’empiffrer, hein !
Jusque là, tout va bien ! Ma « soupe » a la saveur requise, idem pour la texture.
Mais je dois passer au caramel maison !

Séquence « sueurs froides » !
De nombreux essais infructueux remontent à ma mémoire. Je tente l’aide de mon vieux livre de cuisine (« je sais cuisiner » de Ginette Mathiot, je vous épargne l’année d’édition …), une antiquité sensée tout expliquer à la jeune mariée totalement ignorante …

Les difficultés commencent dès la lecture de la table des matières : le mot caramel renvoie à la confection de bonbons … Pour le nappage, il faut chercher à la page « sirop de sucre », en 6 ou 8 étapes avec un kilogramme de sucre et six grammes d’eau !
De l’eau en gramme ! Vite, rappel théorique de la concordance des mesures, notions apprises à l’école : un litre égale un kilogramme égale un décimètre-cube … Donc, avec mon kilo de sucre je dois avoir six millilitres d’eau … sachant que mon verre mesureur commence les liquides avec cinq centilitres … et avec cinq-six millilitres il faut prendre une cuiller à soupe, soit cinq grammes … Vous me suivez ?!

Je veux bien risquer du sucre pour le caramel mais que deux cent cinquante grammes, avec un dé à coudre d’eau, si j’en crois la recette … Je mets donc dix centilitres d’eau, logique purement féminine !

Je porte l’eau et le sucre (un mélange laiteux) à ébullition. Mon jus devient transparent, à ma grande surprise. Le livre de cuisine ne me parle pas de la transmutation, il se contente d’exiger un degré de concentration qui se devine à l’aspect du produit. Le caramel n’y est décrit qu’en terme laconique, comme si l’effet n’était pas recherché « votre sirop est roux, attention à ce qu’il ne brûle pas ». Dont acte, mais cela ne m’aide pas ! Ce détail m’inquiéterait plus tôt.

Je poursuis l’ébullition, en quête de la métamorphose rousse, visqueuse, brûlante à défaut d’être brûlée !
Misère !
Mon eau s’est évaporée et le sucre se glace doucement sur les parois de la casserole tandis qu’au fond, une poudre de sucre se reconstitue !
Je suis maudite !
Je remets dix centilitres d’eau pour tout reprendre à zéro. La malchance me poursuit : « ma moitié » entre dans la cuisine, consulte la recette, le livre et inspecte la casserole et son contenu … L’homme ne maîtrise que la cuisson des pâtes mais donne son avis sur chacune de mes expériences ; une horreur !

Dialogue :
Ma moitié : « Tu ne chauffes pas assez. »
Moi : « Mais c’est déjà en pleine ébullition. Regarde toutes ces bulles, on croirait de l’écume de mer !  »
Ma moitié : « T’es trop timorée (notez l’emploi du terme!). Faut que ça « bouille » ».
Moi : «  Si tu cuisines comme tu causes, ça va être « imbouffable » ! »
Ma moitié : « Chauffe quand même ! »
Moi : « Zut ! T’es pas marrant ! »

Et le sucre continue de bouillonner, vaguement roux, plutôt ambré. Une vraie désolation !
Le feu est encore poussé. Si tant est que cela soit possible, le bouillon s’intensifie accompagné d’une vague odeur de brûlé : je suis désespérée !

Et là, LE miracle ! Le sirop tient la consistance, l’odeur et le nom de caramel !
Vite, il faut le verser dans le plat à cake avant qu’il ne se « fige »… ce qu’il ne manque pas de faire dans le fond du plat !

Re-drame !

Tant pis, je verse dessus la crème aux œufs puis je mets tout au bain-marie, pour trente minutes à deux cents degré …
Une heure plus tard, la crème est enfin cuite ! Une fois refroidi, le plat va au réfrigérateur !

Le lendemain, en dessert, c’est le moment de vérité. Je crains le pire, mes convives, aussi. En le sortant du froid, la crème tremble dans son plat … et moi, pareil, dans mon tablier. C’est la catastrophe !
Je coupe une part : OUF ! C’est impeccable : le caramel liquide me nargue au fond du plat …

Trop bon !

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Les petits riens, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Crème aux œufs et panique en cuisine !

  1. l'aubergiste dit :

    Merci beaucoup pour cette dedicace, je suis trés touché. Vous vous sous estimez, cette recette, bien que simple est pleine de petits piéges que vous avez su éviter. Bravo!

    • fultrix dit :

      Merci, Chef!
      Ce fut pour moi un moment de bravoure !
      Je reste preneuse de conseil, truc ou astuce.
      Pour dimanche, je fais plus simple : gâteau de Savoie avec crème pâtissière et avec les blancs d’oeuf qui me restent, je tente les meringues !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s