Des labo’, des comptables et des Hommes


J’ai eu un choc alors que j’attendais mon tour chez le pharmacien.

Voici le dialogue :

Le pharmacien : « Le médecin vous prescrit maintenant le produit dosé à 75mg. Or je vois qu’il y a quelques mois vous preniez du 25mg puis vous êtes passé à 50. »

Le client, s’excusant presque : « Ben, oui, le docteur tâtonne dans le dosage. Il varie selon le résultat des bilans sanguins. »

Le pharmacien :  « Oui, bien sûr, c’est normal, vu votre pathologie. Seulement, je vois dans votre dossier (le pharmacien consulte son écran) que vous avez retiré des boites pour 3 mois alors que tous les moins de 2 mois vous modifiez les posologies. Donc, il vous reste l’équivalent d’un mois de prescription à recomposer. »

Le client : « Les grandes boites, c’était parce que l’ordonnance était renouvelable et avec le forfait de 50Cts que la Sécu ne rembourse plus, vous m’aviez dit que c’était le mieux à faire … Je ne pensais pas que le docteur changerait … »

Le pharmacien : « Oui, oui, c’est normal, vous débutiez un nouveau traitement. Seulement, moi, je ne peux pas vous donner les 2 boites, parce que chez vous il en reste, pour 1 mois. La CPAM va me tomber dessus. »

… Le vertige !

Le pharmacien évoquait les exigences de l’organisme pour délivrer au compte goutte un traitement au long cours, auprès d’un patient qui n’a rien d’un mangeur de pilule pour son seul confort.

Je me suis imaginé la suite du dialogue, après un énième plan de redressement des comptes voté au parlement :

Le pharmacien : « Désormais, vous viendrez tous les matins retirer vos médicaments de la journée à l’officine parce que la CPAM ne veut pas que vous stockiez des produits délivrés uniquement sur ordonnance » …

Le client : « Mais si je dois voyager ? »

Le pharmacien : « Nous vous fournirons l’adresse de vos relais selon votre trajet.»

Le client : « Et pour les voyages à l’étranger, et en cas de grève ou de blocage à cause de la neige ? »

Le pharmacien : « Il faudra consulter le site du ministère pour connaître les destinations à risque. »

Franchement, de qui se moque-t-on ?

Le dialogue initial est infantilisant envers l’assuré social. Quand bien même ce dernier domicilie son dossier CPAM, faut-il que quelqu’un vienne compter les cachets et les sirops chez lui ?
Et puis cette exigence de reconstituer la bonne prise avec plusieurs comprimés présente un risque, bien plus grave que cette économie de bouts de chandelles, non ? Et je n’évoque pas le risque né de mélanger un générique avec sa formule commerciale …

Ce dialogue est également culpabilisant envers les malades qui jusqu’à présents bénéficiaient de la solidarité sociale, de l’assistance due aux personnes fragiles par les bien portants. Désormais, stigmatisés comme stockant des produits sur le dos des cotisants, ils doivent justifier de chaque pilule en leur possession.

Il leur est reproché d’être malade !
Ils sont responsables du trou de la Sécu !

Faut-il reprocher aux gens qui ont été actifs de coûter sur leurs vieux jours alors qu’ils ont participer à l’enrichissement national, payés des impôts et soutenu l’économie par leur consommation ?
Sont-ils à ce point vieux et bons à jeter ?
D’ailleurs, point n’est besoin d’être « vieux » pour devoir soigner une maladie au long cours …

Faut-il reprocher aux gens de subir une pathologie parfois contractée durant leurs activités de labeur à cause d’un employeur, d’un groupe de pression, d’une législation qui refuse le retrait de produits toxiques pour ceux qui les manipulent, au nom de la sacro-sainte compétitivité mondiale ?

Pensez à l’atome, à l’amiante, au tabac, aux faux-sucres, aux huiles de synthèse …
Des risques ont été pris pour eux par ceux-là même qui en ont profité !

Surtout que ce dialogue occulte l’origine de ce fichu « trou » : des décisions brassant autrement bien plus de fonds que ces quelques comprimés, gélules et sirops traînant dans une armoire à pharmacie.

N’oublions pas ce que coûte :

  • Un scanner, une IRM … tellement que tous les départements n’en sont pas dotés et que le matériel n’est pas renouvelé autant qu’il le faudrait pour profiter des dernières avancées de l’imagerie médicale.
  • Le chômage de près de 10% de la population, une exonération de charges sociales, non compensée par le budget de l’Etat, tout comme la facilité avec laquelle ce même État tarde à cotiser à ses propres engagements… comme l’a si souvent dénoncée la Cour des Comptes dans divers rapports.
  • Les avancées en matière de traitement, d’opération de la « dernière chance » pour que des gens retrouvent une motricité qui les rendra autonome et digne ou plus extraordinaire encore, un visage, un membre perdu à la suite d’un accident domestique, professionnel ou à la suite d’une agression ?

Ce dialogue démontre surtout l’autoritarisme rampant et ambiant qui progresse et pèse sur les professionnels et les populations au point de créer un sentiment de défiance des uns par rapport aux autres : suis-je bien soigné ou bien est-ce une solution au rabais ? Dois-je prescrire ou bien dois-je prendre le risque de croire que l’organisme du patient tiendra le choc( du genre, tout ce qui ne le tue pas le renforce ?) …

Flicage et prime à l’économie font oublier l’essentiel : ce pour quoi la Sécu a été mise en place : permettre à tous d’être bien soigné, selon sa pathologie et les avancées de la science.

Le plus scandaleux est que, dans certaines étables, des éleveurs et des vétérinaires peu scrupuleux gavent les bêtes avec force d’hormones et d’antibiotiques que la législation interdit, ou pas, occasionnant des résistances à des souches qui un jour nous décimerons.

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Choix de société, Chroniques, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s