Réglementer les ventes à découvert : enjeux économiques et « introspection » du « marché »


Revenant d’une lecture sur un blog ami, je me plonge dans les enjeux de la suspension temporaire des ventes à découvert sur certaines valeurs.

Après une lecture historique sur Wikipédia, je souhaite connaitre les motivations de l’AMF.
C’est ainsi que je m’aperçois que l’interdiction existait sur certaines valeurs financières depuis l’automne 2008 (début de la crise des subprimes) où l’argent devenait une denrée rare, au point que les Etats se sont transformés en prêteurs …
Il faut également savoir que l’AMF évoque toujours la vente à J+3 comme période durant laquelle le vendeur doit acquérir les titres pour finalement les livrer à l’acheteur. Pour y parvenir, tous les moyens (légaux ) sont bons (Put, obligations convertibles, prêt de titres par un propriétaire …). Cela suppose des manœuvres d’aller et retour sur un titre assez vives, qui révèlent des ambitions spéculatives de court-terme … L’argent pour l’argent comme seule ambition, et tant pis pour les salariés des secteurs « chahutés » par les « marchés ».
L’AMF considère, dans un rapport publié au début de l’année 2009, que l’interdiction n’est pas la panacée pour sécuriser le système, au motif que ce qui reste interdit en France reste possible à l’étranger. Donc, interdire revient à perdre des affaires pour la place de Paris.
L’argument « massue » de l’AMF pour refuser toute interdiction permanente est que cela nuit à la souplesse, caractéristique même “des marchés”.
Or, il s’agit bien de normaliser, réguler et donc rigidifier le système …
Décidément, les spécialistes ont le nez dans leur monde et veulent ignorer les conséquences de leur activité, comme si les liquidités étaient une marchandise ordinaire qu’il faut sans cesse faire circuler pour faire de l’argent …
Ils ne se remettent absolument pas en cause !

C’est cette position, elle-même rigide car constante dans l’argumentation de la libéralisation des marchés, qui inquiète certainement certains observateurs du secteur, tel que l’expose ce chargé d’affaire. Les évènements vont lui donner raison !

L‘AMF justifie sa levée d’interdiction par une évolution de la réglementation dotée d’une meilleure traçabilité et d’une transparence accrue … La preuve par l’interdiction que nous connaissons à ce jour !

Et pendant ce temps, les Britanniques, pour ne pas avoir à renflouer les activités spéculatives des établissements financiers, demandent la séparation juridique et financière de ces mêmes établissements. La preuve que nous n’avons touché le fond !

Fultrix.

Mise à jour en date du 13/02/2012 :
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120213trib000682887/les-ventes-a-decouvert-sur-les-valeurs-financieres-ne-sont-plus-interdites.html

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Finances, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s