Le veau bio migrateur


Plateau de Millevaches, 850 mètres d’altitude.

Même si le terme de « vaches » fait référence aux « sources » (Creuse, Dordogne, Vienne, Vézère), les pentes accueillent les bovins de race Limousine et, plus rarement, des Charolaises ou des Aubracs.

La visite de l’exploitation bio débute dans la cour avec des chiffres-clefs : 280/180 Ha de terres, 80 têtes de bétail, 2 tracteurs, 3 « exploitants », quelques poules et canards pour la consommation familiale.

Dans l’étable, un hangar avec une desserte centrale pour l’éleveur, une dizaine de veaux « broutards » attendent leur ration du soir.. Il est 18 h, ce n’est pas l’heure de la traite (la Limousine est une race à viande, les veaux sont « élevés sous la mère » jusqu’au sevrage) mais celle de la distribution du fourrage (herbe sèche), des granulés (céréales et tourteaux), du seigle aplati (sorte de muesli fait par une meule et sa trémie) pour qu’il soit digeste.

Ici, pas de Luzerne ou de Maïs car le climat est trop rude. Ces cultures subiraient les gelées de juin ou de septembre. Et parce que la culture bio n’accepte pas l’ensilage (herbe coupée mise fraîche sous bâche, mise en fermentation à haute valeur nutritive) il faut prévoir 10% d’herbage mis en ballots sous plastique (Roll-Ball) avec du matériel dédié.

Les broutards restent sur l’exploitation jusqu’à l’âge de 18 mois puis sont vendus en Italie.

Pourquoi si loin ?

Parce que là-bas, les plaines sont riches de céréales aptes à engraisser les bêtes. Arrivées à maturité, les animaux sont abattus.

L’Italie garde l’avant de la carcasse, réputée moins « noble » mais parfaitement adapté à la cuisine locale (viande cuisinée et sauce tomate) tandis que l’arrière revient en France pour que nous ayons nos rôtis et autres steaks grillés.

Une autre activité prospère sur l’exploitation : le porc « cul-noir », race autochtone et rustique.

L’élevage bio permet un prix de vente pour l’exploitant d’environ 3€ le kilo contre à peine 1,5€ pour le secteur conventionnel.

En montagne, pour qu’une exploitation soit rentable, il faut disposer d’environs 80 Ha. Avec sa surface « réduite » celle que nous visitons reste gagnante parce que les 3 « associés » partagent le matériel.

C’est une économie d’échelle.

Comme toute visite, nous avons eu un temps apéritif … particulièrement convivial.

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Les petits riens, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le veau bio migrateur

  1. atlantic dit :

    Nous aurions pu nous y croiser à un mois près…Je crois que le minimum pour une exploitation c’est 10 ha ?

    • fultrix dit :

      Il n’existe pas de surface-type pour la rentabilité d’une exploitation. Tout dépend de ce que vous exploitez.
      En Loire-Atlantique, avec 25ha, 25 bêtes laitières et des céréales, l’appartenance à une coopérative pour le matériels et le rachat assuré des produits de la ferme par cette même coop, dans les années 70-80, c’était viable … De nos jours, je ne le jurerais plus.

      Et coté vacances, quel temps mais surtout quelle température avez-vous eu, là-bas ?
      Parce que nous, en plein juillet, ça valait largement le mois d’avril … et pas de chauffage dans la maison !

      • l'aubergiste dit :

        Bonjour,
        J’ai visité une ferme de lait bio dernierement. J’ai vraiment été surpris que l’exploitant vive bien avec seulement 25 vaches sur 60 hectares en vendant directement le lait, la créme et les yahourts.

      • fultrix dit :

        Je suis ravie de cette nouvelle !
        La curiosité me pousse à vous demander dans quel département est installé ce chanceux et la proximité de son exploitation d’une « grande ville » qui lui permet de vivre honorablement.
        Autre curiosité : qu’est-ce que « vivre bien » pour un exploitant agricole ?

        Un mini-compte rendu de votre visite me comblerait !
        Merci d’avance.

  2. Ping : Le nouveau plateau technique de mille vaches … | Calami, ite !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s