Je veux ma petite barrette !


« Ma pe-ti-te ba-rreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeette !
Je veux ma petite barrette ! »

( Phrase hurlée durant deux heures par une petite fille de deux ans et demi lorsque le soir, elle doit enlever sa première barrette pour aller se coucher !)

Dans ce domaine très précis, j’ai tout d’une « vraie » fille !

Petite, je n’envisageais pas de me faire couper les cheveux sans que cela tourne au drame familial, avec chœur des pleureuses et grand deuil durant un mois…

C’est « non négociable !» : je porte les cheveux longs !

Et tant pis pour les contingences matérielles et l’intendance induite : collection de barrettes, élastiques, chouchous, peigne et brosse, temps de coiffage et shampoing.

Par contre, pour conserver cette « superbe chevelure digne de l’esthétique d’une queue de vache, j’exige du matériel de haute technologie : brosse en soies de sanglier, peigne en corne, barrettes à fermeture invisible … Faut ce qu’il faut !

Pince fermoir invisible

Pince fermoir invisible

Et là, je vous le dit tout net : tout se perd !

Pour les brosses, ouf, le 100% sanglier de fabrication française est encore disponible, même dans les rayons de grandes surfaces. Mais pour les peignes en corne de vache, ils appartiennent désormais à la légende urbaine et campagnarde, sauf à espérer dénicher LE trésor à l’occasion d’un vide-grenier, au fin fond du terroir.

Pourquoi cette disparition ?

Deux raisons à cela :

  • le peigne plastique, top fin, trop bon marché qui dure peu de temps (pour qui a des cheveux très longs, j’insiste !)
  • et la génétique bovine qui vous fabrique des vaches sans corne depuis plus de trente ans.

C’est ainsi qu’ont disparu une matière première, un produit, un secteur économique, et un métier manuel de grande exigence.

Maintenant, passons aux attaches, plus précisément à la barrette.

Esthétisme et technologie sont mes deux exigences.

Je n’imagine pas devoir porter l’une de celles des coiffeurs qui ressemblent plutôt à des pinces à linges … avec des ailettes disgracieuses.

Pince à ailettes

Pince à ailettes

Ce coté industriel, très tendance pour du mobilier recyclé d’un loft, relève à mon sens du plus mauvais goût. A quand le bigoudi de ma grand’mère sur le haut du crâne ? Il paraît que cela se fait !

Il me faut donc une attache de grande capacité avec fermeture invisible. Et je l’ai trouvée : française, de chez Babyliss !

Mais ne la cherchez plus, la marque y a renoncé, faute de succès de vente !

Vous rendez-vous compte ?!

J’ai eu l’occasion d’en discuter avec un VRP de la marque. Le service R&D avait planché sur le sujet et adapté un mécanisme invisible et performant … en vain, le flop complet ! Même chose pour la « résille » de chignon serpentine, en plastique et à pas variable !

Bon sang, pour une fois qu’il y avait de l’intelligence dans les cheveux de Dalila, ce qui nous changeait de Samson.

Je suis atterrée par le choix des filles actuelles.

En attendant, je bichonne ma petite barrette, moi aussi !

Fultrix.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Les petits riens, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Je veux ma petite barrette !

  1. fultrix dit :

    R.I.P. à ma petite barrette qui vient de me lâcher ce matin …
    La mécanique est bonne, le plastique a cassé.
    Trois jours de deuil familial s’imposent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s