« Qui t’a fait prince, qui t’a fait roi »


Ou : l’oligarchie : la mise en coupe réglée de l’Etat et de la Démocratie

le 23/11/2008, un dimanche, j’avais eu l’occasion de fulminer contre un projet de loi organique permettant le retour au Parlement de ministres quittant le gouvernement, selon les dispositions de la Constitution (article 23).
Un document en pdf de l’IEP (Sciences-Politiques ) d’Aix en Provence justifiait et soutenait cette réforme, votée selon la procédure dite de « l’urgence » en Janvier 2009.
Ce texte explique bien les difficultés de nos politiciens à s’entendre entr’eux et à maintenir leur « construction gouvernementale » (un ministre, un courant de la famille politique).
L’intérêt n’a rien de « national » ni de « supérieur » : c’est de la pure cuisine politicienne.
Le texte avait été mal vécu à l’époque à en croire les commentaires d’internautes à la suite d’un article de presse évoquant le sujet.

Après l’affaire DSK et avec la démission de monsieur Tron à la suite de plaintes pour agression sexuelle (viol, harcèlement ou abus selon les diverses sources journalistiques consultées), s’il a réintégré le mandat de député de l’Essonne dont il avait la charge, la réforme prend une toute autre connotation : la République, par l’immunité pourrait protéger un délinquant (sous réserve des résultats de l’enquête).

Les électeurs rejettent de plus en plus les candidats et boudent les urnes. Une telle situation ne va pas améliorer l’image de nos élus.
Nous connaissons décidément une véritable rupture entre les citoyens et leurs représentants. Mon inquiétude à l’époque s’est avérée exacte, hélas.

CQFD : http://www.ladepeche.fr/article/2011/06/28/1117320-georges-tron-revient-a-l-assemblee-et-recupere-son-immunite.html

oOo

Il est dans les projets de lois, un texte qui veut raviver la vieille réplique (entre un roi et un de ses « grands »).
Il s’agit de permettre la réintégration dans leur « poste » d’élus, les ministres en rupture de gouvernement.
Il s’agit, à mon sens, d’un véritable déni de démocratie.

En effet, l’élu doit son accès à la fonction par le vote, sur un programme d’action, pour un mandat à durée déterminée.
En accédant à une fonction ministérielle, il participe à une politique gouvernementale, issue d’une autre élection. Il prend un autre engagement politique, à la durée indéterminée et sans mesure de reclassement. Ces deux engagements sont de natures radicalement différentes.

En le réintégrant en lieu et place de son suppléant, c’est transformer ce dernier en fusible (se qui est un manque de respect pour cet élu de substitution) et cela transforme la fonction d’élu en poste « d’agent administratif de la fonction publique » élective… où la sécurité du « réintégré » entraîne l’intérim du suppléant.

C’est le déplacement de la prise de risque à participer à la vie publique au sommet de l’état.
C’est la hiérarchisation et donc la « sujétion », de la fonction élective, comme si la fonction politique se gérait comme les ressources humaines d’une grande entreprise.

Cette réforme permettra sans doute de puiser à discrétion, dans le vivier des élus, ce qui permettra à l’exécutif de fixer, via la mobilité, ses objectifs ; et non plus de faire venir quelqu’un qui renoncera à son poste en contrepartie d’une négociation politique.
Cet situation aboutira à vider de toute substance l’un des trois pouvoirs qui charpentent notre République, celui du législatif.

Cette vision entrepreneuriale de l’Etat présente un risque de collusion d’intérêts et de mélange des genres entre l’élu local et le pouvoir central, gravement préjudiciable à la vie politique, à la notion de « collectivité » et de « l’intérêt collectif ».
C’est le mépris du sens politique du vote et de l’expression du suffrage universel.
Cela engendre une caste « politique » dans laquelle le possible renouvellement des membres sera réduit ; l’élu de tête s’assurera de la docilité du suppléant …

Nous nous plaignons de l’archaïsme de ceux qui nous dirigent, de l’absence de « nouvelles têtes »… Cela ne va pas s’arranger !

Fultrix.

Mise à jour en date du 20/10/2011 :
Pour le quart d’heure culturel et historique !

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Politique, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Qui t’a fait prince, qui t’a fait roi »

  1. Ping : Grands principes et petits arrangements | Calami, ite !

  2. Ping : Recyclage des personnes politiques | Mar(r)ie de Laval

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s