Triez, recyclez … polluez !


Ma ville vient de se convertir au tri des déchets ménagers, individualisé, conscience écologique oblige !

Pourquoi pas !?

Avant, le citoyen acquis à la cause, triait, stockait puis répartissait selon les bacs, les reliefs de son mode de vie « consumériste-dépendant ».

Il y avait donc une démarche volontaire, militante, au propre (dans les deux sens du terme, si j’ose dire) comme au figuré, pour participer au tri sélectif et au recyclage général.

Les plus acharnés/consciencieux pratiquaient également (selon la souplesse de leur emploi du temps et la possession d’un jardin) le compostage des épluchures et autres déchets végétaux.

De la sorte, leur poubelle résiduelle ne recevait que le reliquat dont la fréquence de vidange devenait elle aussi, résiduelle.

Maintenant, les camions poubelles doivent pratiquer le porte-à-porte différencié.

Désormais, les particuliers conservent chez eux deux poubelles, l’une pour le tri sélectif (verre-papier-plastique), l’autre pour le tout venant. C’est un peu comme si le conteneur venait à vous.

Personnellement, l’accumulation de poubelles encombre mon petit garage qui n’avait vraiment pas besoin de cela ! Mais bon, c’est pour la planète …

Afin de gérer la différenciation des déchets, un nouveau mode de ramassage a été mis en place.

Adieu le passage bi-hebdomadaire de la poubelle indifférenciée, vive le ramassage hebdomadaire du tout venant auquel s’ajoute celui de l’enlèvement par quinzaine (paire ou impaire) des rebuts valorisables.

Grâce au code couleur des couvercles, je sais que ma poubelle jaune vaut de l’or ! Mais pour qui ?!

Comme les agents du fournisseur des poubelles ont pris la peine et le temps de bien tout m’expliquer, j’ai eu l’audace de me croire fin prête à la révolution ordurière.

Hélas, c ‘était sans compter avec les services de la collecte eux-même !

Eh, oui ! Pour que cela fonctionne, encore faut-il être en phase !

Or, depuis un mois, rien ne va plus.

Déjà, tout le monde n’a pas pris le bon rythme, ensemble. Des particuliers n’ont pas compris qu’il fallait attendre la semaine du six avril pour appliquer les nouveaux jours de collecte. Du coup, les poubelles ont passé la semaine dehors, au cas où !

Ensuite, les horaires de passage ont changé, sans que les agents eux-même soient prévenus à l’avance … ni même les habitants desservis. Ce fut un rude choc quand, habitués au passage de fin de matinée, ils l’ont vu se substituer celui du cinq heure du matin … Il leur a fallu prendre l’habitude de préparer le paquetage la veille au soir.

De plus, dans un soucis de sécurisation des éboueurs, la CRAM a exigé lors de négociations (source téléphonique avec la collectivité organisant la collecte) la présence d’une seule personne à l’arrière du camion, du coté droit, afin de ne pas la faire traverser à ses risques et périls. En conséquence de quoi, une rue est desservie deux fois, coté pair puis impair avec une amplitude horaire pouvant se compter en heures … Avant de comprendre l’astuce, on peste forcément contre ces « fainéants » d’éboueurs (je plaisante) et on rentre la poubelle, juste avant le second passage …

Cette amplitude permettra aux riverains et aux visiteurs de passage de profiter du spectacle de poubelles exhibées dans des quartiers commerçants avec l’effluve qui les caractérise, surtout l’été.

Devant tous ces errements, et renseignements pris auprès de voisins, collègues, connaissances et colporteurs de ragots, j’ai cru comprendre que s’ajoutait à cette pagaille un mouvement social de la part d’une certaine catégorie du personnel … Bref, une grève !

Je me suis donc demandé ce qu’ils pouvaient trouver à redire au « changement-qui-sauve-la-planête ».

Sans doute :

  • le fait de devoir commencer les journées plus tôt sans avoir les primes d’horaire décalé,
  • se retrouver seul à l’arrière pour un double circuit d’une seule tournée.

Ma curiosité m’a rendue audacieuse : j’ai téléphoné à la collectivité territoriale chargée du service.

J’ai rapporté :

  • les cafouillages, les laps de temps entre les deux cotés des rues avec une amplitude horaire à géométrie variable (45 mn ou 2H !) alors qu’il ne devrait y avoir un circuit stable,
  • l’absence d’information quant aux horaires de passage (mettre sa poubelle la veille est une habitude à prendre),
  • l’absence de desserte au jour indiqué, en tout ou partie (la ½ de la rue servie … ou non !)

Parce qu’aujourd’hui, le camion est passé pour tout le monde, l’observation de la standardiste m’a sidérée : enfin le GPS a bien pris en compte l’intégralité du trajet !

C’EST LA FAUTE AU GPS ! La machine n’avait pas tout compris ce qui lui était demandé ! Le chauffeur n’y est pour rien !

De qui se moque-t-on ?

A titre personnel, je voudrais souligner les points suivants.

Autant je comprends les exigences de la CRAM pour que les collecteurs restent sur la droite du trottoir pour ne pas risquer d’être renversé, autant le doublement du circuit multiplie la consommation du carburant, pas forcément pertinent !

Des aménagements pourraient être réalisés dans des voies étroites au point que le passage du camion-benne les obstrue. Certaines connaissances m’ont rapportée qu’il leurs avait été proposé de déposer systématiquement la poubelle d’un même coté de la voirie …

Visiblement, la proposition n’a pas plu à mon interlocutrice : « on ne va quand même pas adapter le circuit à chaque rue ! » … Ah, bon !? Et pourquoi pas ?!

Par contre, il ne faudrait pas que ce soit les riverains qui prennent le risque de se faire renverser à leur tour !

Pour les errements des circuits de collecte, le GPS n’est pas en cause.

Fultrix.

Mise à jour en date du 17 Mai 2011 :
La réunion de quartier a eu lieu.
Voici les informations recueillies.
Pour les accidents professionnels chez les « collecteurs », il faut compter une vingtaine de  morts en France.
La rumeur de grève n’a pas été soulevée.
Le Maire et son équipe n’ont pas compris mon observation sur l’amplitude horaire variable entre les deux cotés d’une même rue (comment cela se fait-il alors que le circuit reste inchangé ?)
Ma réflexion sur la surconsommation de carburant (alors que la mairie s’enorgueillait de réduire de près de 20% la perte de produits non recyclés) a surpris : cela ne leur avait pas sauté aux yeux ! Mais cela a plu, le « GPS » va se pencher sur la question (non, je blague, se sont les agents de collecte – les éboueurs – qui vont évaluer l’étroitesse des voies ou leur sens unique et faire remonter les observations …)
Voici donc les dernières nouvelles « du front » !

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Choix de société, Chroniques, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Triez, recyclez … polluez !

  1. mariethureau dit :

    Ajoutons à cette liste de problèmes, le fait que certains habitants n’ont pas reçu leur second bac et que, lorsqu’ils téléphonent au numéro indiqué sur la brochure explicative, on leur donne un numéro vert (payant) en leur demandant de contacter eux-mêmes la société avec laquelle l’agglo a traité !
    En cas de refus des citoyens, la mairie s’occupe de tout, surtout si on manifeste son impatience ! Ce que je ne sais pas c’est pourquoi, quand quelques habitants d’une même rue disent ne pas avoir été livrés, on ne vérifie pas si les autres sont dans le même cas ! Cela éviterait pourtant qu’on livre deux poubelles transportées dans un grand camion vide en attendant que les autres usagers excédés à force d’attendre qu’on veuille bien les livrer aillent, comme ce commerçant du centre ville il y a peu de temps, déposer leurs ordures sur les marches de l’hôtel de ville !

    • fultrix dit :

      Si des réunions de quartier sont prévues, il va y avoir des réflexions bien senties 🙂
      Le coup du déversement d’ordures, je ne connaissais pas !

      Fultrix.

  2. revolution ordurière … vous avez de ces expressions !!! je retiens le mot révolution , signe que la parole se libère à son propos, mais on ne sait toujours pas où est le chaos du coté des révolutionnaires ou du coté des ordures .( hé hé toujours aussi marteau le commentateur)

    • fultrix dit :

      Je traine la réputation d’auteur à formules à « l’emporte pièce » depuis mes premières dissertations …
      Loués soient mes professeurs de français amateurs de théâtre, de littérature classique (disparue des programmes d’enseignement du collège) et de bons mots.

      Pour le chaos, il est partagé !

      Fultrix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s