Petit cours de linguistique appliquée !


Cela a débuté par une question somme toute assez banale : quelle différence y-a-t-il entre l’art pariétal et l’art rupestre ?

Question bête à l’occasion d’une visite d’un site paléolithique.

Sauf qu’elle a déstabilisé l’enseignant accompagnateur.

Sauf que la réponse du guide ne m’a pas satisfaite : « ce qui est pariétal est dans une grotte, ce qui est rupestre est sur une paroi en plein air ». Certains sites utilisent indifféremment le mot pour un art en intérieur ou en extérieur.

Après une recherche incertaine sur la toile, je me suis résolue à ouvrir mon très épais dictionnaire LEXIS dont l’édition remonte aux années 70 (1970, bande de mauvaises langues !).

Et là, délice du savoir sur papier voici la réponse du « Livre » :

Pariétal, mot relevé pour la première fois en 1490.

Sa racine latine évoque la paroi (paries, parietis).

Utilisé en médecine anatomique pour toutes sortes de parois intérieures de l’organisme.

Il est également utilisé en botanique, pour des étamines, si j’en crois la version de 1932-5 du dictionnaire de l’académie française …

Finalement, en troisième choix de définition, et sans date d’apparition, le mot est usité pour l’art des hommes préhistoriques.

Rupestre, mot relevé pour la première fois en 1842 pour évoquer les plantes croissant sur les rochers.

Sa racine, latine également, est rupès, rocher.
Une autre définition lui est attribué en 1940 pour les arts graphiques exécutés dans les grottes.

Or, il se trouve que cela correspond à l’année de découverte de la grotte de Lascaux.

Le mot semblerait donc avoir évolué à cette occasion.

Pourtant, comme j’ai eu l’occasion de le dire un peu plus haut, le mot pariétal est utilisé pour l’art préhistorique. Il est même usité comme synonyme.

Néanmoins, grâce à la publication de l’abbé Henri Breuil, intitulée « Quatre Cents Siècles d’art pariétal » son nouvel emploi peut être daté : 1952.

Pourquoi cette évolution ? Je l’ignore. D’autant que cet abbé est celui-là même qui a étudié le premier la grotte de Lascaux, en 1940.

Si vous avez des pistes ou des réponses à me fournir, je suis « preneur».

Fultrix.

Mise à jour en date du 26/02/2013 :
Sur l’interprétation des dessins, voici une présentation de travaux de spécialistes, ici.

Publicités

A propos fultrix

European civis sum ! Είμαι Ευρωπαίος πολίτης !
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques, Les petits riens, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Petit cours de linguistique appliquée !

  1. parnet dit :

    2012 même problème même questionnement. Je sais que j’interviens un peu tardivement, mais j’avoue n’avoir pas eu à m’interroger avant, même lorsque je faisais réviser mes enfants je suivais le cours point !! aujourd’hui Je prépare le crpe (concours maître des écoles) et je creuse .Sur le site homidés voici ce que je trouve:
    « – L’art paléolithique comprend l’art pariétal localisé dans la profondeur des grottes, hors de portée de la lumière du jour et l’art mobilier sur support organique ou minéral.
    Découvrez, sur plus de 77 000 ans, la chronologie de l’art pariétal…
    – L’art néolithique dit rupestre se manifeste dans des abris sous roche peu profonds, à la lumière du jour. »

    dans les livres officiels de préparation au concours :
    « art rupestre : sur support rocheux
    art pariétal : sur des parois  » (on peut réducteur non)

    bref peut-on parler de la même façon « d’art pariétal paléolithique » ou « d’art rupestre paléolithique » ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s